Assurance maladie : Nicolas Sarkozy fixe le cap des dépenses santé pour 2011 et 2012

A l’issue d’une réunion à l’Élysée sur les déficits publics, le chef de l’État a fixé les objectifs en terme de progression des dépenses de l’Assurance maladie pour 2011 et 2012. Ils seront respectivement de 2,9% et 2,8%, soit en baisse par rapport à 2009 et 2010.

Bien que pour y arriver il faille rogner sur certains principes, réduire les déficits de l’Assurance maladie est indispensable pour préserver le système de protection sociale à la française, sous peine de voir le système imploser. En 2009, le déficit du régime général de la Sécurité sociale avait atteint 29,2Mds d’euros en 2009 et devrait dépasser les 30Mds d’euros en 2010. Les deux seuls moyens sont d’agir sur les recettes ou les dépenses. La deuxième solution est la moins coûteuse. C’est pourquoi l’État fixe chaque année le niveau maximum des dépenses à atteindre pour tenter d’enrayer le creusement des déficits et donc de la dette de l’Assurance maladie.

En 2010, Il ne faudra pas qu’elles augmentent de plus de 3% sous peine de transgresser l’Objectif national de dépenses de l’Assurance maladie (Ondam) fixé pour cette année. Nicolas Sarkozy s’est montré confiant : « alors qu’il a parfois été difficile de respecter l’objectif de dépense maladie, toutes les mesures seront désormais prises pour qu’il soit atteint. Ce sera le cas dès 2010, où nous tiendrons le 3% annoncé » a-t-il déclaré. Un optimisme qui a conduit le chef de l’État à rabaisser l’Ondam pour 2011 et 2012 à  respectivement 2,9% et 2,8%.

Il souhaite en outre reculer le seuil d’alerte de 0,75% à 0,5%. Créé en 2004, le Comité d’alerte sur l’évolution des dépenses de l’Assurance maladie (Cadam) est chargé de mettre en garde le gouvernement dès lors que l’Ondam risque d’être dépassé de plus de 0,75% de son objectif initial. Nicolas Sarkozy souhaiterait ramener ce seuil à 0,5%. Le Cadam verra en outre ses prérogatives élargies et pourra participer à l’élaboration de l’Ondam.


Laissez votre avis