Baromètre Groupe Pasteur Mutualité : Les Français font-ils confiance à leur médecin généraliste ?

91% des Français font confiance à leur médecin généraliste ! Selon le baromètre Groupe Pasteur Mutualité : « La confiance à l’égard des professionnels de santé »

L’enquête révèle une forte confiance des français envers le monde médical mais aussi de fortes inégalités concernant l’accès aux soins Groupe Pasteur Mutualité, premier acteur mutualiste des professionnels de santé, présente aujourd’hui la première vague de son baromètre sur « la cote de confiance des français à l’égard des professionnels de santé », une étude réalisée avec l’institut de sondage ViaVoice1.

La santé apparaît aujourd’hui comme l’une des préoccupations majeures de la population française, qui est très attachée à son système de santé. Grâce à l’implication et la qualité des acteurs de ce système, la France avait en 2000 le meilleur système de santé au monde selon l’OMS. Qu’en est-il aujourd’hui ? C’est dans ce contexte que Groupe Pasteur Mutualité a souhaité évaluer la confiance accordée aux professionnels de santé (médecins généralistes, médecins spécialistes et hospitaliers, infirmiers, pharmaciens, chirurgiens-dentistes, masseurs kinésithérapeutes et ostéopathes). Ce baromètre sera actualisé tous les ans.

Une confiance largement accordée à l’ensemble des professionnels de santé En dépit de leurs inquiétudes concernant le système de santé, les Français accordent une forte confiance au monde médical : la cote de confiance globale s’élève en moyenne à 88% ! Ce score important est étroitement lié aux liens de proximité entretenus par les professionnels et à leur disponibilité à l’égard des patients. Malgré les critiques observées envers le système de santé, les Français ne tiennent pas le monde médical pour responsable et reconnaissent volontiers les contraintes et les difficultés de certaines professions.

Infirmiers, médecins et pharmaciens ont les cotes de confiance les plus élevées
Les cotes de confiance attribuées à chaque profession médicale atteignent des seuils très élevés et varient légèrement en fonction de la fréquence des consultations et de la proximité entretenue avec chaque professionnel. Les infirmiers arrivent ainsi en tête du classement : 93% des Français leur font confiance, tout en affirmant qu’ils exercent un métier difficile (93%). 63% des personnes interrogées déplorent que les infirmiers soient insuffisamment reconnus sur le plan professionnel et trop peu rémunérés (60%).
Les médecins, généralistes et spécialistes, ainsi que les pharmaciens recueillent un niveau de confiance de 91%.
À noter, une différence significative entre les cotes de « confiance totale » (personnes déclarant faire tout à fait confiance aux professionnels de santé) et les cotes de « confiance partielle » (plutôt confiance) supérieures à 50%.

Ces inégalités démontrent que les patients deviennent plus critiques et plus exigeants, la confiance auparavant accordée aux professions médicales en raison de leur statut n’est plus naturelle, elle se mérite ! Des professionnels reconnus et appréciés pour leurs qualités humaines et leur expertise

Globalement, les Français reconnaissent aux différents métiers une bonne expertise professionnelle ainsi que des qualités humaines d’écoute et de disponibilité, notamment chez leurs interlocuteurs du quotidien (pharmaciens, infirmiers, médecins généralistes).

Les pharmaciens sont considérés comme les plus disponibles et à l’écoute des patients (93%, contre 84% pour les infirmiers, 77% pour les généralistes).
Les pharmaciens semblent également bien informés sur les nouveaux médicaments (85%), ce qui leur permet de donner des conseils adaptés aux besoins de chacun (88%). Ce chiffre grimpe à 91% chez les femmes et les personnes âgées, qui sollicitent probablement davantage leur avis.
D’autre part, 60% des personnes interrogées déclarent que les médecins généralistes sont facilement joignables pour des conseils complémentaires, spécialement appréciés des retraités (65%).

Globalement, les Français reconnaissent que les professionnels s’adaptent suffisamment aux évolutions et à la modernisation des soins et sont bien informés sur les nouvelles techniques médicales (74% pour les généralistes, 84% pour les chirurgiens-dentistes et 83% pour les médecins spécialistes/hospitaliers). Inversement, un tiers des Français pense que l’expertise des masseurskinésithérapeutes et des ostéopathes est insuffisamment reconnue et leur domaine d’intervention est difficile à comprendre pour 34% d’entre eux.

De fortes inégalités concernant l’accès aux soins Le sondage révèle certaines difficultés quant à l’accès aux soins, en raison des tarifs trop élevés des consultations mais aussi d’une mauvaise répartition des professionnels sur le territoire.

En effet, 62% des personnes interrogées regrettent que les médecins généralistes soient mal répartis sur le plan géographique et 75% trouvent que les infirmiers ne sont pas assez nombreux, une préoccupation exprimée dans de plus fortes proportions en Ile-de-France (68%).

Un tiers des Français (34%) pense que les chirurgiens-dentistes sont mal répartis sur le territoire et 88% d’entre eux trouvent que les soins dentaires sont trop chers (dont 95% de professions intermédiaires). Les consultations de médecins spécialistes ou hospitaliers sont également jugées trop chères par 70% des personnes interviewées (79% des ouvriers). Cette perception se justifie en partie par les inégalités de souscription aux mutuelles complémentaires mais aussi par la réforme de 2004 qui limite l’accès aux spécialistes en remboursant moins les assurés sociaux qui les consultent sans passer par leur médecin traitant.

À noter également que 38% des personnes interrogées déclarent avoir changé leurs habitudes d’achat depuis le déremboursement de certains médicaments, notamment les jeunes (25-34 ans) et les ouvriers, c’est-à-dire les catégories sociales les moins aisées.


Laissez votre avis