Canicule niveau 2 : Roselyne Bachelot rappelle les messages de préventions

La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, s’est rendue vendredi au SAMU du Val-d’Oise à Pontoise et dans une maison de retraite afin de réitérer les messages de préventions contre la canicule.

“Huit département sont passés au deuxième niveau de l’alerte canicule (..) Nous sommes mobilisés”, a rappelé la ministre qui un peu plus tôt avait constaté: “nous ne sommes pas dans les conditions de la canicule de 2003”.

“Ce n’est pas à l’hôpital que la bataille se gagne, c’est au niveau local”, a ajouté le docteur Marc Giroud, chef du SAMU 95.

Le médecin a aussi souligné qu'”il n’y a pas que les personnes agées qui sont concernées, les sportifs et les travailleurs également”. “Les sportifs doivent cesser le sport et les patrons doivent pouvoir organiser les chantiers différement”, a-t-il précisé.

“Il faut aussi que les médecins généralistes organisent la réponse à leurs patients lorsqu’ils partent en congé”, a ajouté M. Giroud.

“Il y a des médecins qui prennent des gardes et ne voient personne alors que les urgences sont débordées”, a souligné Mme Bachelot qui assure que le conseil de l’ordre des médecins et les préfectures sont saisis de la question.

La ministre était également accompagnée de Atanase Périfan, fondateur et délégué général de l’opération “Voisins solidaires”. Calquée sur l’opération “Fête de voisin”, cette dernière a pour objectif de mettre les voisins en relations durant l’été.

“Il y a des gisements de générosité chez les gens”, a déclaré M. Périfan. “Il faut se mêler de ce qui ne nous regarde pas, aller sonner chez la voisine qu’on n’a pas vu depuis deux jours, demander si elle va bien”, a-t-il expliqué.

Le niveau deux de l’alerte canicule, appelé en jargon administratif “mise en garde et d’actions” (MIGA), consiste à rappeler aux populations les mesures individuelles de précautions à prendre pour se protéger de la chaleur, les services administratifs, à des degrés divers, se mobilisant.

Pontoise, 9 juil 2010 (AFP)


Laissez votre avis