La “classification” en ALD d’un cancer “guéri” est une “trappe à exclusion”

La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a souhaité mercredi qu’un “malade guéri” d’un cancer puisse sortir de la “trappe à exclusion” qu’est la “classification en affection de longue durée” ou ALD dont le traitement est pris en charge à 100% par l’assurance maladie.

“On guérit du cancer: 50% maintenant des cancers sont guéris et pourtant (…) on est toujours, bien qu’on soit guéri, frappé de discrimination: discrimination à l’embauche, discrimination au logement, discrimination d’accès à l’assurance”, a déclaré la ministre, lors de la séance de questions au gouvernement à l’Assemblée nationale.

“Nous voulons donc que les malades guéris puissent sortir de cette trappe à exclusion qu’est la classification en affection de longue durée, mais (nous voulons aussi leur) permettre de suivre toujours avec les dépistages pris en charge à 100% une éventuelle rechute”, a-t-elle précisé.

Mme Bachelot était interrogée par Michèle Delaunay (PS), pour qui “beaucoup de ces patients sont en rémission (…), pas guéris. Est-ce défendre la vie après le cancer que prendre le risque qu’ils soient moins bien suivis et moins souvent guéris?”, a-t-elle demandé.

Le projet de budget de la Sécurité sociale pour 2010, voté mardi par les députés, prévoit que la prise en charge à 100% d’une personne qui “ne remplit plus les conditions” pour rester en ALD, puisse se poursuivre “pour les actes médicaux et examens biologiques nécessaires” pour prévenir une éventuelle rechute.

Les conditions de la poursuite de la prise en charge doivent être fixées par un décret, après avis de la Haute autorité de santé qui s’est pour sa part prononcée, selon l’exposé des motifs de l’article concerné, pour “ne renouveler l’ALD cancer, au-delà de la durée initiale de cinq ans, que lorsqu’il y a nécessité de poursuite d’une thérapeutique lourde ou de prise en charge de séquelles”.

Pour Mme Delaunay, par cet article, Mme Bachelot a “imposé la sortie systématique des patients après cinq ans hors de la prise en charge à 100% au titre des ALD”.

Paris, 3 nov 2009 (AFP)


Laissez votre avis