Le financement public des dépenses de santé prime dans les pays de l’OCDE, sauf aux USA et Mexique

Le financement des dépenses de santé relève majoritairement de fonds publics dans les Etats de l’OCDE, à l’exception des Etats-Unis et du Mexique, selon une étude publiée mardi par cette organisation qui regroupe essentiellement des pays riches.

D’après le Panorama de la Santé 2009, ces dépenses représentaient aux Etats-Unis 16% du PIB en 2007, le taux le plus élevé, loin devant la France (11%), la Suisse (10,8%) et l’Allemagne (10,4%). Celles du Mexique atteignaient 5,9% du PIB, loin derrière la moyenne de l’OCDE (8,9%).

“Le financement public représente la principale source de financement des dépenses de santé dans tous les pays de l’OCDE, à l’exception des Etats-Unis et du Mexique”, note l’organisation.

Ainsi, les fonds publics ne représentent que 45,4% des dépenses de santé aux Etats-Unis, contre 79% en France. “Le financement public peut se limiter aux recettes publiques dans les pays où la responsabilité directe du financement des services de santé incombe au gouvernement central et/ou aux administrations locales (en Espagne et en Norvège, par exemple), ou regrouper les recettes publiques générales et les cotisations sociales dans les pays où le financement repose sur un système d’assurance sociale (en France et en Allemagne, par exemple)”, écrit l’OCDE.

“Le financement privé englobe les paiements à la charge des ménages (…), les mécanismes de tiers-payant qui peuvent prendre des formes diverses d’assurance maladie privée, les services de santé directement assurés par l’employeur (comme la médecine du travail) et d’autres prestations directes émanant d’organismes caritatifs et assimilés”, précise-t-elle.

Paris, 8 déc 2009 (AFP)


Laissez votre avis