Le virus H1N1 n’aurait pas muté vers une maladie plus grave

La directrice générale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Margaret Chan, a indiqué lundi que le virus A(H1N1) n’avait apparemment pas encore muté vers une maladie plus grave et que le développement des vaccins suivait son cours.

Jusqu’à maintenant, les vaccins se sont révélés très efficaces, a déclaré Mme Chan, à l’ouverture à Hong Kong de la réunion annuelle de l’OMS pour la région Ouest pacifique. “Le virus peut muter à tout moment. Mais depuis avril, nous pouvons constater à partir des données fournies par les laboratoires du monde entier que le virus est très similaire (à son état précédent)”, a indiqué Mme Chan.

Trois milliards de doses de vaccin pourraient être produites chaque année, a-t-elle ajouté, précisant que la Chine avait déjà commencé à vacciner sa population. Elle a également conseillé aux autorités de Hong Kong d’assouplir “pas à pas” les mesures contre la pandémie et de concentrer les ressources sur les patients atteints.

Seuls les patients à haut risque, comme les personnes âgées, les obèses et les personnes présentant des maladies chroniques pourraient être fortement affectés par le virus, a-t-elle souligné.

Hong Kong, qui a été en première ligne face à l’épidémie de la pneumonie atypique (Sras) en 2003 et qui est en état d’alerte face à la grippe aviaire, a pris une série de mesures strictes pour combattre la grippe porcine, notamment un renforcement des contrôles à ses frontières.

Mme Chan a été durant 9 ans à la tête des services de santé de Hong Kong et a géré, à ce titre, les crises de la grippe aviaire et de la pneumonie atypique (Sras).

Avec AFP


Laissez votre avis