Les grandes boîtes de médicaments, un potentiel d’économies pour la Sécu

Les grandes boîtes de médicaments pour des traitements de trois mois, autorisées pour des maladies chroniques comme le diabète, ont permis de faire près de 105 millions d’euros d’économies en 2009, a indiqué mardi l’assurance maladie, qui souhaite développer leur usage.

Les boîtes de médicaments pour trois mois de traitement sont autorisées depuis 2005 pour quatre maladies chroniques (diabète, hypertension artérielle, cholestérol et ostéoporose) et se sont véritablement développées à partir de 2008.

“Le coût d’un traitement est en moyenne 13% moins cher que celui réalisé avec des boîtes mensuelles”, a estimé la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam) dans une étude présentée mardi à la presse, mettant en avant l’économie pour “l’assurance maladie, les patients et leurs assureurs complémentaires”.

L’assurance maladie donne l’exemple d’un traitement de l’ostéoporose: trois boîtes mensuelles reviennent à 409 euros, tandis qu’une boîte trimestrielle revient à 344 euros.

Le format trimestriel concernait fin 2009 47% des traitements contre l’ostéoporose, 29,7% de ceux contre le cholestérol, 23,2% des antidiabétiques oraux et 19,8% des antihypertenseurs. Toutes classes confondues, “la délivrance des boîtes trimestrielles représente 23,2% des traitements”.

L’économie globale pour les trois acteurs a représenté 105 millions d’euros en 2009, s’est félicitée la Cnam, jugeant toutefois qu’il y avait “un potentiel d’économie à mieux exploiter”, compte tenu de la progression des pathologies concernées et du coût croissant des traitements.

L’assurance maladie estime ainsi “que si 60% des traitements de longue durée étaient délivrés en boîte trimestrielle (…) les économies atteindraient un total de 390 millions d’euros par an”, dont 230 M EUR pour la Sécu.

L’étude observe par ailleurs que “le taux d’arrêt des traitements” par les patients” est plus faible avec les grandes boîtes (3% en moyenne, contre 1,5 à 2 fois plus avec les traitements mensuels).

Paris, 26 jan 2010 (AFP)


Laissez votre avis