Médicaments : Une liste plus lisible bientôt mise en ligne par l’Afssaps

L’agence du médicament met à disposition des patients une liste plus compréhensible des médicaments sous surveillance.

L’agence du médicament met à disposition des patients une liste plus compréhensible des médicaments sous surveillance, pendant que la contrefaçon se développe sur Internet.

Elle existe déjà mais va être présentée de manière à être plus lisible : la liste des médicaments sous surveillance va être prochainement modifiée par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), dans le cadre de la réforme du médicament,

 « Ce n’est pas une nouvelle liste en tant que telle, c’est la forme qui va changer »,  indiqué l’Afssaps. Les données de la liste, évolutive seront également mises à jour pour l’occasion. Voici déjà une liste pour lesquels une décision a été prise dans un « impératif de sécurité sanitaire » :

– 9 médicaments ont été suspendus d’utilisation sur le territoire français ou retirés du marché : Actos, Competact, Noctran, Di-Antalvic etc.

– 12 médicaments ont été soumis à une réévaluation de la relation bénéfice/risque (Protelos, Alli, Xenical, Multaq, Nexen, Trivastal, Vastarel…), entraînant pour deux d’entre eux des décisions de sécurité sanitaire : la Minocycline est réservée à l’usage hospitalier, les sirops antitussifs à base de Pholcodine ne sont plus disponibles en accès libre.

– 12 médicaments psychotropes ont été soumis à un plan spécifique de surveillance, ce qui a entraîné pour certains des restrictions d’utilisation ou des modifications de présentation.

– 5 types de vaccins font l’objet de programmes de surveillance renforcés et spécifiques : Prévenar 13, vaccins contre le virus H1N1 et la grippe saisonnière, vaccins anti-papillomavirus, vaccins contre l’hépatite B.

– 28 médicaments font l’objet d’une surveillance renforcée, parmi lesquels le Champix, Efient, Orencia etc.

Ces interdictions ont pour effet négatif de développer l’achat de médicaments vendus sur Internet chez les patients habitués à un traitement. La police et les douanes de 81 pays ont ainsi annoncé avoir saisi 2,4 millions de doses de médicaments contrefaits vendus par correspondance.

En France, 109.700 médicaments de contrebande ont été saisi soit plus de 21 % de plus qu’en 2010. Selon l’Afssaps 50% des médicaments vendus sur Internet sont des contrefaçons. Ces pilules, dont on ne connait pas la composition, peuvent causer de graves effets sur la santé des patients. 

 Voir aussi :
Comment sont remboursés les médicaments à vignette blanche ?
Comment sont remboursés les médicaments à vignette bleue ?
Comment sont remboursés les médicaments à vignette orange ?



Laissez votre avis