Roselyne Bachelot : La circulation du virus H1N1 est “en train de s’accélérer”

La ministre de la Santé Roselyne Bachelot a estimé vendredi que la circulation du virus de la grippe H1N1 “est en train de s’accélérer” depuis une semaine en France.

“Depuis la semaine dernière nous constatons que la circulation du virus est en train de s’accélérer. Les chiffres de l’Institut de veille sanitaire sont à ce sujet tout à fait parlants et le fait que l’on a fermé un collège signe bien cette accélération”, a-t-elle déclaré sur France 2.

Interrogée sur le nombre de “nouveaux cas” constatés cette semaine, Mme Bachelot a fait état de 6.000 cas “effectivement constatés de grippe” et de 25.000 cas “de syndromes de type grippal”. “Donc là, on est dans une phase d’accélération”, a-t-elle dit.

La ministre a par ailleurs estimé “très difficile” a évaluer le moment où la France connaîtra un “premier pic” de grippe H1N1 : “Ce que nous attendons c’est qu’avec la rentrée des classes et la rentrée sur les lieux de travail on pourrait avoir un premier pic épidémique fin septembre début octobre, mais très probablement la pandémie évoluera par vagues”.

“Nous recevons les premiers vaccins de différents laboratoires, mais la question qui est posée c’est évidemment celle des autorisations de mise sur le marché. Il n’est pas question de commencer à vacciner sans que les procédures de sécurité soient complètement terminées”, a-t-elle dit. “Les laboratoires nous disent (…) que les procédures pourraient nous permettre de commencer la vaccination fin octobre”, a-t-elle ajouté.

Mme Bachelot a par ailleurs enjoint les personnes qui se font vacciner contre la grippe saisonnière à le faire également cette année. “Il faut en particulier que les personnes plus âgées qui ont l’habitude de se faire vacciner contre la grippe sachent que le vaccin contre la grippe A H1N1 ne les protègera pas de la grippe saisonnière. Il faut donc (…) qu’elles se fassent vacciner, disons début octobre, puis par la suite elles se feront vacciner contre la grippe H1N1”, a-t-elle dit.

A propos des fermeture de classes, elle a souligné que “les décisions sont prises au cas par cas en regardant la typologie des établissements. Il ne s’agit jamais d’une fermeture systématique”.

La ministre a également souligné qu’elle se fera elle-même vacciner “uniquement à (son) tour”. “Je me ferai vacciner à mon tour, uniquement à mon tour (…) Je ne suis pas un public prioritaire et je ne suis pas particulièrement dans les populations fragiles – je crois que ça apparaît clairement -, donc je me ferai vacciner certainement dans la dernière salve”, a-t-elle dit.

News-assurances avec l’AFP


Laissez votre avis