Assurance emprunteur : Les emprunteurs sous estiment de près de la moitié le coût de leur assurance

L’étude réalisée a porté sur un échantillon de 290 emprunteurs de moins de 40 ans ayant réalisé leur emprunt immobilier entre 2008 et 2009 et déposé leurs coordonnées sur Internet (étude disponible sur http://www.baofrance.com). Leurs caractéristiques moyennes les rendent proches du profil moyen des emprunteurs français : ils empruntent en couple à 80%, consultent en moyenne 3 banques et réalisent un emprunt de l’ordre de 150 000€ sur 20 ans.

La moitié d’entre eux bénéficie de prêts aidés par l’Etat (prêts à taux 0%, prêts d’accession à la propriété…). Plus de la moitié fait appel à un moment ou à un autre à un (ou plusieurs) courtiers en crédit même si moins d’un quart réalise son prêt par l’intermédiaire d’un de ces courtiers. Les emprunteurs changent de banque à l’occasion de la réalisation de leur emprunt dans près de 50% des cas, mais à près de 70% quand ils souscrivent via un courtier en crédit.

Lorsqu’on interroge ces emprunteurs sur leur connaissance de l’assurance en amont du crédit, ils se déclarent massivement « au courant ». Mais en précisant les questions, la moitié d’entre eux n’y a été sensibilisée que très tard dans le processus et 1 sur 5 dit ne jamais avoir su qu’il pouvait souscrire son assurance hors banque. Le tiers pense ne pas avoir eu ou ne se souvient pas d’avoir eu une notice d’information préalable à la souscription de cette assurance. La moitié des emprunteurs ne sait
pas répondre à des questions fondamentales sur sa couverture incapacité de travail (franchise / couverture hors des périodes d’activité).

Les emprunteurs sous estiment en outre de près de la moitié le coût de leur assurance. Ils déclarent avoir souscrit pour 1/3 d’entre eux hors banque, pour des raisons prioritairement fondées sur les conditions de tarif. Pour les 2/3 ayant souscrit via la banque, les motifs annoncés sont essentiellement la facilité ou la méconnaissance d’une autre possibilité. Intuitivement, les emprunteurs interrogés s’avèrent favorables à un renforcement de la concurrence sur ce marché et pointent du doigt l’insuffisance d’information apportée par les professionnels (banques et assureurs), essentiellement au plan des garanties : 2/3 des emprunteurs estime s’être informé seul de leur possibilité de choix de l’assurance.
Près du quart des emprunteurs informés sur cette possibilité de choisir une assurance alternative estime en avoir été empêché par la banque.

Enfin, et même s’ils déclarent faire deux fois plus confiance à leur assureur qu’à leur banque pour les questions d’assurance, 1/3 d’entre eux affirme ne faire confiance ni à l’un ni à l’autre.
Une loi qui imposerait effectivement une information sur les enjeux de cette assurance auprès des emprunteurs et assurerait leur libre choix, pourrait amener les 2/3 des jeunes emprunteurs auprès des acteurs alternatifs, soit le double par rapport à aujourd’hui.

Source : http://www.baofrance.com


Laissez votre avis