Etude HSBC Insurance : le monde face à une “crise en gestation” qui menace les retraites

Une enquête mondiale publiée par HSBC Insurance met en évidence la convergence d’une série d’éléments à la fois démographiques, individuels et financiers qui réunissent les conditions d’une « crise en gestation » qui menace les plans de retraite actuels, à moins de s’y préparer dès à présent de manière adéquate.

Le 5ème rapport de HSBC sur l’Avenir des retraites, Il est temps de se préparer, met en évidence les éléments suivants :
• Les stratégies de survie à court terme mises en place par les ménages pour faire face à la récession créent un sérieux déficit d’épargne à long terme pour les retraites
• On observe un déficit persistant de planification des retraites, bien que les individus soient conscients de l’allongement de leur espérance de vie
• Ce phénomène se trouve exacerbé par le déficit de compréhension des mécanismes financiers, de formation et de conseil dans le domaine financier
• Les ménages sont davantage soucieux de protéger leurs biens à court terme que de s’assurer un degré suffisant de sécurité financière au moment de la retraite

Conséquence de tous ces facteurs, les individus rencontreront souvent des difficultés financières pendant leur retraite, à moins qu’ils n’entreprennent de toute urgence de revoir leurs priorités et qu’ils ne commencent à planifier l’avenir.

Stephen Green, Président du Groupe HSBC, a fait la déclaration suivante : « La planification des retraites est confrontée à un cataclysme en gestation, lié au vieillissement de la population, à la baisse de la valorisation des fonds de pension, à la chute de la contribution de l’Etat et de l’employeur et à la crise économique qui contraint les ménages à effectuer des choix financiers difficiles ».

Le déficit de préparation

L’étude Il est temps de se préparer a identifié un « déficit de préparation » dans la manière dont les individus planifient leurs retraites à travers le monde. De fait, près de 9 personnes sur 10 se sentent insuffisamment préparées pour leur retraite.

Notre enquête sur l’Avenir des retraites, réalisée auprès de 15 000 personnes dans 15 pays, ce qui en fait l’étude la plus approfondie dans son genre au monde, met en évidence les éléments suivants :

• 13 % seulement des personnes interrogées se sentent très bien préparées pour leur retraite
• 86 % n’ont aucune idée du revenu qu’elles percevront au moment du départ à la retraite
• Un quart seulement d’entre elles (27 %) estiment parfaitement mesurer les enjeux financiers de leur existence à long terme
• Près de la moitié des personnes de notre échantillon (43 %) ont pris certaines dispositions, mais elles reconnaissent qu’elles ne savent pas quels revenus elles percevront au moment de leur retraite
• 14 % n’ont pris absolument aucune disposition pour leur retraite.

Stephen Green poursuit : « Compte tenu de ce « déficit de préparation », les familles ont besoin d’être mieux soutenues et orientées afin d’être en mesure de gérer leurs finances de manière plus efficace, non pas simplement dans les écoles et les universités, mais à travers des « interlocuteurs de confiance » qui leur fournissent un conseil financier professionnel.

« A condition de s’être préparé de manière adéquate pour le long terme, l’allongement de l’espérance de vie peut constituer une opportunité magnifique pour de nombreuses personnes. Toutefois, il est dès à présent nécessaire d’envisager sérieusement de revoir à la hausse les cotisations de retraite afin de renforcer la perspective d’une retraite confortable. Tout atermoiement risquerait d’avoir un coût très élevé. »

L’émergence d’un « déficit de conseil »

L’étude Il est temps de se préparer révèle également l’émergence d’un « déficit de conseil » lié à la fois à un manque de préparation et à une insuffisance de formation et d’orientation dans le domaine financier :

• 43 % des personnes interrogées n’ont jamais eu accès à aucun type de formation dans le domaine financier
• Et 29 % se sentent également « assez mal préparées » pour leur retraite
• Près de la moitié d’entre elles (47 %) n’ont jamais eu accès à aucun conseil professionnel sous aucune forme

Clive Bannister, Directeur de HSBC Insurance, a déclaré : « Le rapport que nous publions cette année sur l’Avenir des retraites montre que les gens ont besoin d’un conseil financier accru et de meilleure qualité pour survivre à la crise tout en prenant les bonnes décisions financières pour le long terme. »

Traverser la crise sans dommages – protéger ses biens plutôt que sa retraite ?

Les individus accordent moins d’importance aux considérations à long terme telles que leurs besoins probables au moment de la retraite, et se concentrent plutôt sur des aspects purement pratiques à court terme qu’ils comprennent mieux, comme le révèle notre rapport Il est temps de se préparer.

Les polices d’assurance IARD – principalement l’assurance automobile, l’assurance voyage et l’assurance habitation, et même l’assurance animal domestique – sont prioritaires sur la protection de la santé et des revenus à long terme, même lorsque la sécurité de l’emploi est en jeu.

Malgré les incertitudes sur l’évolution de la conjoncture économique mondiale, 6 % seulement des personnes interrogées ont l’intention de souscrire à une police de protection des revenus au cours des 12 prochains mois, alors que 16 % des personnes pensent souscrire à une assurance habitation.

Notre rapport Il est temps de se préparer montre que la crise économique a eu un certain nombre de conséquences :

• 92 % des familles ont modifié certains éléments de leurs finances
• 19 % seulement des personnes ne changeront pas leurs projets de départ à la retraite
• 17 % ont décidé de réduire leur épargne retraite ou ont totalement cessé d’épargner pour leur retraite
• 18 % ont utilisé leur épargne pour rembourser leurs crédits
• 9 % prévoient de retarder leur départ à la retraite

Mark Twigg, Directeur au cabinet de conseil financier Cicero Consulting, qui a effectué cette enquête pour HSBC Insurance, a déclaré : « L’étude Il est temps de se préparer montre que les individus connaissent mal les besoins à long terme liés à leur retraite. Ils sont moins bien formés ou sensibilisés pour comprendre ces besoins et pour prendre les dispositions nécessaires pour satisfaire leurs besoins à court terme.

« A l’heure où un « cataclysme économique en gestation » menace le monde, il importe d’encourager les ménages à comprendre et à gérer efficacement les risques qui les menacent à long terme. La responsabilité de ces risques incombe de plus en plus aux individus eux-mêmes, mais les établissements financiers doivent assurément poursuivre et capitaliser sur leurs efforts pour les former et pour les informer».


Laissez votre avis