Barack Obama fait de la réforme du système de santé une question morale

Le président Barack Obama a affirmé mercredi qu’en tant que première puissance économique mondiale, les Etats-Unis avaient le devoir moral d’étendre l’assurance maladie à l’ensemble de la population américaine.

“Ce que nous partageons tous, c’est cette conviction morale que le débat en cours sur l’assurance maladie nous touche au plus profond de nous-mêmes”, a dit M. Obama lors d’une conférence téléphonique sur internet avec des dignitaires protestants, catholiques et juifs.

Cette déclaration intervient au moment où Barack Obama doit batailler ferme pour calmer les inquiétudes de nombreux Américains quant à la réforme du système de santé destinée à offrir une couverture médicale aux 46 millions d’Américains qui en sont dépourvus.

“J’ai la conviction que personne aux Etats-Unis ne devrait se voir refuser l’accès aux soins les plus primaires parce qu’il ou elle n’est pas assuré(e)”, a martelé M. Obama.

M. Obama s’est par ailleurs employé à dénoncer ce qu’il a qualifié d'”inventions” de la part de ses adversaires. Il doit en effet défendre pied à pied le projet de réforme face aux coups de boutoir de l’opposition républicaine.

Certains d’entre eux accusent le président de vouloir, à travers cette réforme, proposer l’assurance maladie aux sans-papiers, et de réduire le budget dévolu aux soins palliatifs à la portion congrue.
“Ce sont des inventions qui ont été élaborées par certains pour nous empêcher de remplir ce que je considère être un devoir éthique et moral”, a-t-il dit.

Un peu plus tôt mercredi, la Maison Blanche avait indiqué qu’elle espérait toujours rallier des républicains au projet de réforme.

“Le président a dit un nombre incalculable de fois qu’il travaillerait avec tous ceux qui veulent oeuvrer de manière constructive à la réforme du système de santé, quel que soit leur parti”, a déclaré Robert Gibbs, le porte-parole du président américain.

AFP


Laissez votre avis