2009, année noire pour les cambriolages

Les chiffres de la délinquance montrent une baisse des atteintes aux biens, comme les années précédentes. Mais l’an passé, le rythme a été assez faible avec une évolution de – 0,7% entre 2008 et 2009. Toutefois, entre cambriolages et vols ou destructions de véhicules, les chiffres divergent assez fortement.

Avec 164.150 cambriolages constatés, l’année 2009 marque une hausse relativement importante par rapport à 2008. Avec une évolution de +8,2%, les cambriolages sont un point sombre de la délinquance en France cette année.

Année de crise, typologie, les explications n’y changent rien. Les « cambriolages de locaux d’habitations principales », comme ceux « de résidences secondaires », de « locaux industriels, commerciaux ou financiers » ainsi que les cambriolages d’autres lieux » représentent 311.300 faits constatés en 2009 selon le rapport de l’Office national de la délinquance (OND).

En un an, ce sont surtout les cambriolages de résidences, principales ou secondaires, qui ont augmenté (+8,14%), les cambriolages d’autres lieux marquant un recul, tandis que les cambriolages de locaux industriels, commerciaux ou financiers sont restés relativement stables (+0,9%).

Si sur cinq ans les chiffres sont en baisse de près de 12% pour les résidences, l’année 2009 marque une remontée à des faits constatés au niveau de 2005 pour les résidences principales. A cette époque, le nombre de faits constatés étaient alors de 163.503 sur un an.

Pour Brice Hortefeux, ministre de l’Intérieur, qui présentait ces chiffres, l’important s’est concentré sur les derniers mois de l’année, quand la courbe s’est inversée et est repartie à la baisse.


Laissez votre avis