Une assurance nouvelle génération qui devrait doper le marché immobilier locatif : la garantie universelle des risques locatifs

Dans le contexte de crise économique actuel marqué par la forte poussée du chômage, les propriétaires bailleurs redoublent de précaution pour sélectionner leur locataire, craignant les risques d’impayés sur les loyers qui, souvent, permettent de couvrir tout ou partie des mensualités de l’emprunt qu’ils ont contractés pour financer leur investissement.

A la suite de discussions longues et laborieuses entre les représentants de l’Etat, des assureurs et les partenaires sociaux du 1 % logement, un nouveau dispositif devrait prendre le relais, au mois de septembre 2009, de l’actuelle garantie des risques locatifs en vigueur depuis 2 ans : la principale innovation du produit réside dans son extension à l’ensemble des candidats locataires dès lors qu’ils ne consacrent pas plus de 50 % de leurs ressources au paiement du loyer, charges comprises.

Cette GRL, qualifiée d’universelle, permettra de favoriser l’accès au logement locatif de ménages qui en sont aujourd’hui écartés en raison de leurs revenus, en évitant que des garanties supplémentaires, perçues comme lourdes et discriminatoires, leur soient réclamées.
Pour les locataires bénéficiant d’un CDI et dont le loyer, charges comprises, est inférieur ou égal à 28 % de leurs revenus, la grl sera gérée intégralement par l’assureur. Les ménages, dont le taux d’effort se situe entre 28 % et 50 % de leurs ressources, pourront bénéficier d’un traitement social adapté financé par l’Etat et le 1 % logement : les financements viendront compléter les versements des assurances contre les impayés de loyers, ou les prises en charge directes du risque d’impayé par les bailleurs.

Elle devrait surtout contribuer à faire diminuer la vacance des logements due à l’inquiétude et la méfiance des propriétaires.


Laissez votre avis