Assurance vie taux 2009 : un placement durable anti-crise

Baisse des taux du livret A, crise de l’immobilier, baisse des loyers, chute des valeurs boursières, vote de la loi TEPA facilitant la transmission du patrimoine entre les membres d’une famille, rien de tout cela n’a entamé l’engouement des français pour l’assurance vie, un an après la faillite de la banque Lehman Brothers.

Dans sa note de suivi mensuel n°85 de juillet 2009, la Fédération française des sociétés d’assurances indique une progression de la collecte de l’assurance vie de 6 % et de 12 % des versements sur les supports euros pour les 7 premiers mois de l’année 2009.

La baisse de la collecte sur les unités de compte (- 24 %) et la lente érosion de la rémunération des fonds euros, qui devrait probablement se situer autour de 3,5 % pour l’année 2009, n’ont même pas remis en cause la place de placement favori qu’occupe l’assurance vie chez les Français.

Si cette progression de la collecte s’explique, en première analyse, par la baisse des taux d’intérêt des comptes sur livrets rémunérés, le succès de l’assurance vie, avec son encours de plus 1200 milliards d’euros, tient sans doute aux avantages spécifiques du cadre juridique de l’assurance vie et des améliorations successives apportées à la gestion des contrats qui en font l’outil idéal pour se constituer une épargne, transmettre une partie de son patrimoine, préparer sa retraite et protéger ses proches.

Conjuguant sécurité des capitaux (au moins pour les fonds euros), souplesse d’utilisation, disponibilité des sommes investies, fiscalité avantageuse, accès à pratiquement tous les types de supports d’investissement, larges possibilité d’optimisation financière, le succès de l’assurance vie n’est pas près d’être démenti, sauf si les Pouvoirs Publics, à la recherche de nouvelles recettes fiscales pour combler le trou béant du budget de l’Etat, étaient tentés de charger la barque déjà lourde des taxations et prélèvements sociaux.

Dans un contexte financier incertain où la gestion de ses avoirs, aussi modestes soient-ils, réclame de la souplesse et où la constitution de revenus complémentaires en prévision de la retraite est devenue incontournable, jamais l’assurance vie n’est autant apparue comme le cadre idéal pour prépare, gérer et protéger son avenir.

A condition toutefois d’être bien conseillé, tant l’attractivité d’un contrat d’assurance vie ne peut pas se réduire à sa seule performance financière mais à un ensemble de critères permettant de vérifier qu’il constitue, pour le souscripteur, la bonne solution financière au regard de sa situation personnelle et de ses objectifs personnels.


Laissez votre avis