Les normes des systèmes d’alarme contre les cambriolages

Même si l’installation d’un système d’alarme dans une habitation n’est pas obligatoire pour les particuliers, certaines compagnies d’assurance peuvent parfois le demander. Il est alors important de respecter certaines normes précises.

En matière de systèmes d’alarme, les installations recommandées par les compagnies d’assurances pour surveiller ou signaler une intrusion sont généralement très fiables.

Il existe sur le marché de nombreux produits, tous très différents :

– Détecteurs de présence ;
– caméras vidéo / télésurveillance ;
– sirènes ;
– badges d’accès sécurisés ;
– détecteurs d’ouverture ;
– etc…

Agrément

Pour garantir un système efficace, la règle APSAD R81 définit un niveau d’exigences techniques minimales.

En cas de sinistre, votre compagnie d’assurance peut vous demander un certificat de conformité à propos de l’installation de votre système d’alarme. Ce certificat est délivré uniquement par les installateurs professionnels agréés APSAD R81.

Normes

Quel que soit le système d’alarme pour lequel vous optez, le CNPP (Centre national de prévention et de protection) et l’Afnor (Association française de normalisation) recommandent la norme NF A2P (Alarme Protection Prévention) qui certifie la qualité des produits.

Elle comprend 3 niveaux :

NF A2P type 1
(Destiné aux particuliers, pour un domicile peu exposé et/ou n’abritant pas de biens de grande valeur).

NF A2P type 2
(Destiné aux particuliers possédant une habitation plus libre d’accès et/ou des biens de valeur)

NF A2P type 3
(Destinée le plus souvent aux habitation ou commerces possédant des biens de grande valeur).

Les exigences de assureurs

Il n’existe pas de législation en vigueur imposant l’installation d’une alarme chez un particulier.

Cependant, au travers des contrats d’assurance habitation (appelés aussi contrats MRH) certaines compagnies d’assurance appellent généralement leurs assurés à des précautions d’usage :

– Sécuriser les espèces ou les bijoux dans un coffre-fort ;
– fermer portes et fenêtres à clef, même en cas de courte absence ;
– ne pas laisser les clefs cachées sous un pot ou sous le paillasson ;
– en cas d’absence prolongée prévenir la gendarmerie ;
– etc…

Dans le cadre de certains contrats MRH, et suivant la valeur des objets contenus dans votre demeure (plus de 10.000 euros en moyenne), certains assureurs demandent l’installation de systèmes d’alarme sous peine de conditions suspensives.

Ainsi, en cas de sinistre, votre compagnie peut refuser de vous indemniser si les obligations demandées en matière de norme et d’installation de système d’alarme n’ont pas été respectées.

A contrario, si vous décidez d’installer un système d’alarme sans que votre contrat ne vous y engage, vous pouvez en informer votre assureur. Ce dernier appliquera en général une réduction sur votre cotisation ou encore une réduction ou une annulation des franchises prévues au contrat en cas de cambriolage.

Sources : CNPP


un commentaire sur “Les normes des systèmes d’alarme contre les cambriolages”

  • Cédric Vues :

    Les normes apsad sont une foutaise, vous donnez un chèque et vous avez l’agrément. Renseigner vous plutôt sur le sérieux de la boite et ses références. La normes A2P est importante elle garantie un produit fiable et testé. Je suis installateur de système de sécurité et ce que je vois par les boites qui ont l'APSAD est une honte !!!

Laissez votre avis