Assurance auto : Quelle couverture pour les conducteurs malussés?

Grands délaissés des contrats auto, de nombreux conducteurs malussés peinent à trouver des assurances qui acceptent de les couvrir. Prisonniers de leur accidentalité, les portes leur claquent au nez ou s’entrouvrent, moyennant des primes élevées. Vers quelles assurances se tourner? Payer le prix fort est-il vraiment la seule issue?

Le malus

Toujours associé au bonus qui récompense la conduite positive d’un automobiliste (véhicules de plus de 80 m3), le malus exprime son inverse, l’attitude négative. Une personne qui aura eu plusieurs accidents sur une même année cumulera du malus, alors qu’une personne hors de tout problème routier, améliorera son bonus.

Ce système de calcul bonus-malus, appelé aussi CRM (Coefficient de Réduction-Majoration) offre aux assureurs la possibilité de noter leurs adhérents en fonction du danger qu’ils représentent. Un conducteur multipliant les accrochages et les froissements de tôle coutera bien plus cher à un assureur qu’un autre n’ayant jamais eu le moindre accident.

L’assureur réévalue donc le prix des cotisations en fonction de ce barème. Il augmentera par la suite la cotisation d’un automobiliste présentant du malus et diminuera celle du détenteur de bonus. Cette équilibrage s’effectue toujours d’une année à l’autre, en fonction de la date du contrat d’assurance.

Jusqu’au jour où le conducteur accumule tant de malus que son contrat auto est résilié par son assureur. Les ennuis commencent.

Comment trouver une nouvelle assurance ?

Les assureurs sont bien loin d’être friands des conducteurs malussés. Considérant la personne comme potentiellement désastreuse sur la route, ils préfèrent en règle générale refuser de l’assurer plutôt que de se risquer à dépenser une fortune pour réparer ses dégâts.

C’est la raison pour laquelle des compagnies se sont rapidement réinventées et spécialisées afin de conquérir un marché encore inoccupé. Des sociétés appelées les “assurances malus”. Tel que leur nom l’indique, elles ne font aucune distinction entre les conducteurs et accepte quasiment toutes les demandes, qu’importe le profil. Une position au demeurant très égalitaire, oui mais…il faut payer le prix fort. Ce qui n’est pas dénué de logique dans la mesure où l’assureur prend plus de risques qu’un autre pour couvrir le conducteur malussé.

Le prix peut-il être négociable ?

Le montant des primes ne peut pas être sujet à négociation. Il existe cependant des assurances malus dont les tarifs se révèlent très compétitifs, avec un prix moindre par rapport à une assurance classique, soit l’assurance antérieurement contractée par le conducteur malussé. Il est donc important de mettre en concurrence les différentes assurances avant de souscrire son contrat à un prix raisonnable.

A lire également :

– Assurance auto : Fonctionnement du relevé d’informations
– Calculer le bonus-malus de son assurance auto
– Peut-on cumuler du malus en accidentant une voiture de location ?
– Que devient mon bonus-malus si je vends ma voiture pour rouler exclusivement en moto ?
– Mon assureur veut réévaluer mon bonus-malus au bout d’un an et demi, est-ce légal ?
– Vidéo : Que devient mon bonus en cas d’accident ou de vol ?


Laissez votre avis