Permis : Être assuré pendant la période probatoire

Bête noire des assureurs, un jeune conducteur a toujours du mal à dénicher une assurance auto accessible tant les prix proposés sont élevés. Il pourra cependant effectuer quelques économies s’il a effectué la conduite accompagnée, s’il a été inscrit comme second conducteur  sur l’assurance d’un parent ou s’il a choisi une voiture de moindre valeur en guise de première main.

Statistiquement, les jeunes provoquent plus d’accidents que les autres conducteurs. Les assureurs sont donc moins indulgents avec ce profil et appliquent une franchise plus importante en cas d’accident. Une surprime de deux à trois ans peut également alourdir le montant de la cotisation d’assurance.

Une question de confiance

Le jeune conducteur utilise souvent la voiture de ses parents, faisant appel à leur compagnie d’assurance. En tant que deuxième conducteur, il peut bénéficier de bons tarifs assurance. Cela lui permet de se constituer des antécédents, et d’être plus viable auprès de l’assureur après quelques années.

La conduite accompagnée (AAC) comme atout

Apprendre à conduire dès l’âge de 16 ans dans le cadre de l’apprentissage anticipé à la conduite (AAC) est un atout auprès des compagnies d’assurances, car le jeune conducteur acquiert une expérience de la route plus complète. C’est donc la meilleure solution pour éviter de payer les surprimes « jeune conducteur ». Ces apprenti s bénéficieront d’un tarif préférentiel dans lequel les majorations, proches de celles offertes aux conducteurs expérimentés, seront limitées à 50% et s’annuleront dès la deuxième année si aucun accident n’a été constaté.

Être couvert par l’assurance d’un proche

Un concubin

Le jeune conducteur qui conduit le véhicule de son concubin doit bien vérifier qu’il se trouve dans le cadre de la garantie. Parfois, la déclaration en mairie de PACS est obligatoire pour que l’assureur l’assimile au conjoint, et le contrat oblige le concubin à souscrire un autre contrat automobile afin que lui soit accordée la qualité d’assuré(e).

Un parent

Il est nécessaire d’effectuer une déclaration à l’assureur si le jeune conducteur utilise la voiture de ses parents occasionnellement. S’il n’est pas déclaré dans le contrat, il devra en cas de responsabilité lors d’un accident, payer une franchise stipulée dans la plupart des contrats. Si l’assureur découvre que le jeune est un conducteur habituel sans être désigné à ce titre dans le contrat, il pourra refuser de couvrir le sinistre pour « fausse déclaration relative à l’identité du conducteur habituel », et frappera le contrat de nullité.

Le prix de l’assurance dépend du type de voiture

Le type de voiture choisie pour démarrer en tant que conducteur influence le prix de l’assurance auto. Pour payer moins cher, il est donc conseillé de commencer avec une voiture peu puissante d’une valeur peu élevée. Après deux ou trois ans, le jeune conducteur pourra changer de voiture sans avoir de prime revue à la hausse.


Laissez votre avis