Dépendance / Handicap : A quelles aides publiques avez-vous droit ?

Qu’il s’agisse de handicap ou de vieillesse, une personne dépendante nécessite de l’aide au quotidien. Pour pouvoir mettre en place les solutions adaptées et les financer, des allocations et prestations publiques peuvent être allouées.

Le soutien (social, médical, matériel…) apporté à une personne en perte d’autonomie peut revenir très cher. Ainsi, par exemple, tous les petits services tels que la garde de jour ou de nuit, la livraison de courses, le portage de médicaments, l’aide ménagère, le jardinage ou l’accompagnement à l’extérieur coutent entre 20 et 30 euros de l’heure. Une aide complète à domicile se chiffre, elle, approximativement à 1.500 voire 2.000 euros par mois. Quant à l’aménagement d’un logement pour le rendre plus ergonomique et sécuritaire, les frais d’installation et d’équipement peuvent parfois avoisiner les 10.000 euros.

Aides publiques liées à la situation de handicap

Prestation de compensation du handicap (PCH)

Depuis le 1er Janvier 2006, la PCH est une aide accordée par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées. Elle est versée par le Conseil Général à toute personne de 20 à 60 ans, sans conditions de ressources, résidant de façon stable et régulière en France, et ayant une difficulté absolue à la réalisation d’une activité essentielle de la vie quotidienne (se laver, se déplacer…).

Allocation personnalisée d’autonomie (APA)

Pour bénéficier de l’APA, un demandeur doit remplir plusieurs conditions. Il doit être âgé de 60 ans ou plus, et être en situation de perte d’autonomie de façon à ce qu’une aide pour les actes essentiels de la vie lui soit nécessaire. Il est impératif, pour percevoir l’APA, d’être en situation régulière en matière de séjour en France et d’y résider de façon stable et fréquente.

Aides publiques liées au service à la personne

Réduction ou crédit d’impôt

Une réduction d’impôt de 50% est accordée pour les sommes payées pour les services à la personne, dans la limite de 6 000 euros. Ce plafond peut être relevé en fonction de l’âge, la situation familiale, le handicap ou le nombre d’enfants à charge.

Paiement en Chèque emploi service universel (CESU)

Pour tous les services à la personne qu’elle nécessite, une personne en perte d’autonomie peut payer ses auxiliaires en CESU (chèque emploi service universel) si elle passe par un organisme agréé ou emploie directement un salarié.

Avec le chèque emploi service universel, les démarches déclaratives sont simplifiées et l’utilisateur bénéficie des avantages fiscaux liés à l’emploi d’une aide à domicile : avantage fiscal de 50% des dépenses engagées dans la limite du plafond annuel.


Laissez votre avis