Assurance voyage : faut-il prendre l’assurance proposée avec un billet de train ou d’avion ?

A chaque achat de billet ou de voyage, 2 à 3 assurances sont proposées afin de garantir le trajet ou le séjour de tous risques qui pourraient survenir. Est-il judicieux de souscrire ces assurances ? Protègent-elles vraiment, et surtout de quoi ?

Au cours de l’achat d’un billet de train, d’avion ou du choix d’un séjour, impossible de rater ce sempiternel encadré dédié aux assurances avant de voir apparaitre le montant final de la transaction. On connait la chanson : Cocher la case n°1 pour l’assurance classique, la n°2 pour la haut de gamme et la n°3 pour le package intégral. On reste alors circonspect devant sa page internet en s’interrogeant : ” Ne serait-il pas raisonnable d’investir une vingtaine d’euros supplémentaires au cas ou ? Mais que pourrait-il finalement m’arriver ?”

Contre quoi ces assurances protègent-elles ?

Si la plupart des garanties proposées par ces assurances temporaires semblent protectrices et de bon aloi, elles ne fonctionnent pas dans toutes les configurations souhaitées. Une multitudes de clauses restrictives les accompagnent.

Attention également, elle peuvent souvent faire double emploi avec des assurances dont le voyageur dispose au quotidien. Soit 2 paiements pour une seule couverture.

Annulation voyage

La garantie qui rencontre le plus franc succès auprès des vacanciers indécis au moment de l’achat de leur billet. Attention cependant, tout trajet en transport n’est pas annulable selon le bon vouloir de l’acheteur. Les raisons doivent être légitimes et attester d’un contre-temps malencontreux non imputable à la simple volonté du voyageur.

Perte, vol, détérioration de bagages

Pragmatique, cette garantie protège contre tout incident qui pourrait survenir aux bagages du vacancier pendant son séjour. Attention, cette police d’assurance fait doublon avec la couverture bagages de certaines cartes bancaires.

Soins de santé, rapatriement

Garanties qui prennent en charge les dépenses de santé ou le rapatriement du voyageur en cas d’accident survenu sur le lieu de villégiature. L’avance des frais ou le remboursement est néanmoins plafonné à une certaine limite et soumis à une multitude de conditions. De plus, les couvertures des cartes bancaires font une fois de plus double emploi. Il est donc recommandé de comparer les deux plafonds pour déterminer le plus avantageux.

Conseils

– Lire minutieusement le contrat rattaché à l’assurance énoncée. Sans oublier les clauses, conditions et exceptions (disponible en PDF sur chaque site internet. Possibilité de joindre le vendeur par téléphone pour en savoir plus, ce dernier est tenu au devoir de transparence, auquel cas un recours pourra être exercer contre lui).

– Faire un état des lieux de ces contrats déjà souscrits (habitation, santé, cartes bancaires…) pour éviter les couvertures en doublons.

– En cas de déblocage d’une indemnisation, envoyer un dossier complet à l’assureur muni de multiples preuves.

– Ne pas hésiter à relancer l’assureur, le vendeur, en cas de dispositif indemnitaire ralenti.


Laissez votre avis