Quelles indemnités pour un salarié en accident de travail ?

Un salarié ayant subi un accident du travail, ou attestant d’une maladie professionnelle, reçoit le versement d’indemnités journalières de la part de l’Assurance maladie. Cette compensation vise à palier sa perte de revenus, due à l’arrêt de son activité.

Le jour où il subit un accident de travail, et ce même s’il est hospitalisé dès le matin, un salarié est intégralement rémunéré par son employeur, au titre d’une journée normale de présence.

C’est dès le lendemain, sans aucun délai de carence, et jusqu’au rétablissement du salarié, que sont versées les indemnités journalières de la part de l’Assurance maladie.

Montant des indemnités au titre de l’accident de travail

L’indemnité journalière est égale à un pourcentage du salaire journalier de base.Pour calculer le salaire journalier de base, la méthode est simple : Salaire/30,42

Ainsi, pour un salaire de 1.600 euros par mois, le salaire journalier est de 1.600/30 = 53,33 euros.

Le salarié perçoit ensuite 60% de ce salaire journalier (plafonné à 185,30 euros) pendant les 28 premiers jours de son arrêt, puis il reçoit 80% (plafonné à 247,07 euros) au delà du 28ème jour.

Revalorisation éventuelle de l’indemnité au delà de 3 mois d’arrêt

Lorsque l’arrêt de travail vient à excéder les 3 mois, l’indemnité journalière peut se voir revalorisée si les salaires augmentent de façon officielle :

– Soit par arrêté ministériel (revalorisation forfaitaire d’un coefficient de 1,01 au gain journalier de base)

– Soit via une convention collective : le salarié doit alors demander par courrier à sa CPAM l’application de la revalorisation prévue par la convention en joignant à sa demande une attestation de son employeur

Source : vosdroits.service-public.fr

Laissez votre avis