Assurance habitation : Modifier son contrat

Le besoin de modification d’un contrat d’assurance habitation peut survenir à tout moment : changement de situation personnelle, aggravation ou affaiblissement du risque protégé, augmentation de la valeur des objets couverts, déménagement… Quelque soit le paramètre à corriger, et ce même s’il vous semble de moindre importance, votre assureur doit en être impérativement informé.

De multiples cas peuvent conduire à la nécessité de faire modifier votre contrat d’assurance habitation :

Changement de situation : professionnelle, personnelle, déménagement…

Aggravation ou diminution du risque couvert : installation d’un système de télésurveillance contre le vol, construction d’une piscine, rénovation de votre habitation, utilisation de votre appartement à des fins professionnelles…

– La valeur déclarée de vos objets précieux est devenue insuffisante…

Globalement, tout changement qui vient à susciter un manque d’adéquation entre votre contrat initial et votre situation actuelle doit être exposé à votre assureur. Sans l’en informer, ce dernier est en droit de réduire votre indemnisation en cas de sinistre, voire de s’y opposer formellement.

Comment modifier son contrat ?

Pour accéder à la modification de votre contrat, vous devez sous 15 jours adresser à votre assureur une demande, par courrier recommandé avec accusé de réception, en y joignant tous les documents justificatifs.

Vous pouvez également l’en informer par appel téléphonique, email, fax ou par visite à l’agence mais attention, afin que votre demande soit considérée prise en compte, ne vous fiez pas à l’accord oral, votre assureur doit impérativement vous envoyer une lettre de validation qui confirmera la modification apportée au contrat.

Sans retour de votre assureur sous 10 jours, votre demande de modification sera considérée automatiquement et irréversiblement acceptée.

En cas de désaccord sur les modifications

Selon les modifications apportées, votre assureur peut vous proposer une augmentation de vos primes ou cotisations. Il ne peut cependant pas vous y contraindre. Si vous jugez cette hausse non justifiée, vous pouvez exercer votre doit de résiliation de votre contrat.

Il en est de même pour l’assureur s’il considère le risque désormais trop aggravé par vos modifications. La volonté de résiliation devra alors être mentionnée sous 30 jours.

A lire également :

– Résiliation du contrat d’assurance par l’assureur
– Assurance habitation : Que faire en cas de déménagement ?
– Fraudes à l’assurance : Les risques


Laissez votre avis