Comment votre assurance habitation prend en charge des fissures causées par la sècheresse ?

Vous venez de noter l’apparition de fissures sur vos murs et vos sols, et vous vous interrogez sur la prise en charge d’un tel sinistre. Ces crevasses gênantes peuvent effectivement entrer dans le cadre de votre assurance multirisques habitation, si et seulement si elles sont dues à une sècheresse considérée comme catastrophe naturelle.

Des fissures striant les murs ou les sols d’une habitation peuvent apparaitre de façon inopinée. Soit en raison d’un défaut de construction du logement, ce sera alors la garantie “dommage ouvrage” qui fonctionnera, soit incombant à une forte période de sècheresse. Auquel cas, elles se distinguent de par leurs craquellements en escalier.

Attention, à la différence de ce que nous pourrions penser, les grosses vagues de sècheresse interviennent lors de la saison estivale, souvent dans des zones aux sols argileux, mais elles peuvent également survenir en hiver. La sècheresse n’est alors pas due à la chaleur mais au froid.

Prise en charge des fissures

Afin de remettre en état son habitation et faire disparaître les fissures inquiétantes, il est possible de faire jouer l’assurance multirisques habitation qui possède en son sein la garantie “sècheresse”.

Cette vague de sécheresse doit cependant avoir fait l’objet d’un arrêté préfectoral la caractérisant de catastrophe naturelle afin de donner lieu à une indemnisation. A l’image d’une tempête, d’un ouragan ou d’une inondation.

L’assuré a 10 jours pour manifester le sinistre à son assureur une fois l’état de catastrophe naturelle reconnu au Journal Officiel.

En cas de non reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle

Un état de catastrophe naturelle peut passer inaperçu si les préjudices découlant de l’évènement climatique ne surviennent pas directement. Auquel cas, la mairie est la seule entité légitime habilitée à recevoir toute constatation de sinistre et à lancer une procédure de reconnaissance qui peut prendre jusqu’à 18 mois pour être étudiée. N’hésitez donc pas à vous manifester auprès de votre mairie.

A noter

Attention de ne pas entamer de travaux avant d’être certain de la prise en charge par l’assurance. Auquel cas celle-ci mandatera une expertise au sol afin d’évaluer le coût des réparations, une opération pouvant couter jusqu’à 6.000 euros qu’il serait dommage de devoir payer de sa poche.


Laissez votre avis