Assurance-vie : Qu’est-ce qu’une association d’épargnants ?

Une association d’épargnants est une entité indépendante, généralement structurée autour de l’assurance-vie, regroupant un certain nombre d’adhérents. Elle a pour particularité de concevoir des produits financiers, en partenariat avec des assureurs, qu’elle propose ensuite à ses adhérents dotés d’avantages et de conditions plus flexibles.

A l’instar de ce que présuppose le modèle, ces associations n’ont pas été initiées par des épargnants désireux de peser face aux banques et aux assureurs, afin de s’en écarter et d’atteindre des produits plus attractifs car supprimés de leurs intermédiaires. Non, elles ont été élaborées par les compagnies d’assurance elles-mêmes. Aux alentours des années 1970-1980, le durcissement de la taxation en assurance-vie a obligé certains acteurs a concevoir de nouvelles structures, majoritairement fantoches.

Grâce aux associations d’épargnants, les assureurs ont réussi, pendant un temps, à contourner une fiscalité devenue contraignante. Un impôt de 5,5% était, à l’époque, exigé pour tout versement effectué, exception faite des contrats collectifs qui dérogeaient à la règle. Plus façades que substances, les associations d’épargnants étaient présidées par des dirigeants issues des compagnies d’assurance.

Les associations d’épargnants actuelles sont-elles vraiment indépendantes ?

Aujourd’hui, la situation a évolué et la fameuse taxe des 5,5% a été abandonnée depuis une vingtaine d’années. Elles n’en demeurent pas moins régulièrement taxées de manque d’indépendance, leurs détracteurs les jugeant trop protectrices à l’égard des intérêts des assureurs plutôt qu’envers les épargnants. Notamment car elles continuent à dépendre financièrement des compagnies, très peu parviennent à survivre grâce aux cotisations de leurs adhérents. Elles ne sont cela dit pas toutes à mettre dans un même panier, et quelques unes parviennent à se distinguer pour leur véritable autonomie et leurs volontés de défendre les consommateurs.

Pour jauger l’indépendance d’une association d’épargnants, les experts conseillent de se focaliser sur deux points d’importance :

Les contrats proposés proviennent-ils d’assureurs différents ?

Une association d’épargnants qui propose un certain nombre de contrats divers et émanant d’acteurs sans lien les uns avec les autres, semblera davantage crédible et émancipée de la tutelle des acteurs financiers.

Par qui est opérée la distribution des contrats ?

En règle générale, la distribution des contrats est effectuée par l’assureur qui les conçoit et non par l’association d’épargnants. Si les avantages en ont toutefois été négociés, la distribution par l’assureur lui laisse le pouvoir d’en faire ce qu’il souhaite, et notamment d’interrompre le partenariat en cas de litige avec l’association.

Principales associations d’épargnants

– L’AFER (Association française d’épargne et de retraite)
– L’AGIPI (Association générale interprofessionnelle de prévoyance et d’investissement)
– Le Cercle des Epargnants
– GAIPARE (Groupement associatif interprofessionnel pour l’amélioration de la retraite et de l’épargne
– L’ANCRE (Association nationale de complément de retraite et d’épargne)
– SEREP (Synergie Epargne Retraite Prévoyance)
– L’ANDECAM (Association nationale des déposants du Crédit Agricole)
– L’APREP (Association pour la protection de la retraite, de l’épargne et du patrimoine)
– L’ASAC-FAPÈS (Association de sécurité et d’assistance collective)


Laissez votre avis