Comment est-on assuré lorsqu’une mini-tornade arrache sa toiture ?

Gros coups de vent ou mauvaises bourrasques, les fins d’années sont souvent propices à des évènements climatiques qui mettent les habitations à rude épreuve. Parfois, il arrive même que certaines régions soient touchées par des mini-tornades, qui laissent alors peu de chance aux toitures.

Généralement brève et localisée, la mini-tornade fait souvent de lourds dégâts matériels. Pourtant, elle n’est pas considérée par les assureurs comme un évènement cyclonique, c’est à dire :

– 145 km/h en moyenne pendant 10 min ;
– 215 km/h en rafales.

En cas d’évènement cyclonique, c’est la garantie « catastrophe naturelle » qui rentre en compte. Pour une mini-tornade, c’est généralement la « garantie tempête » qui va jouer, malgré la violence du phénomène.

La garantie tempête

Tous les contrats d’assurance de biens (multirisques habitation, multirisques entreprise, multirisques automobile…) comportent obligatoirement une garantie tempête qui prend en charge les dégâts.

La garantie « tempête » couvre les effets du vent mais également de le pluie ou de de la grêle. Pour que l’indemnisation puisse jouer, certaines conditions doivent rentrer en compte dans les cas de sinistres :

– Dommages sur la maison directement liés au vent : toiture arrachée, tuiles envolées ;
– Corps entrainés par le vent sur la maison : arbre dans une vitre ;
– Choc de la grêle sur les toitures ;
– Humidité due à la pluie, ou la grêle entrant dans la maison et causant des dommages.

Pour bénéficier de la garantie « tempête », il faut pouvoir apporter la preuve d’une intensité anormale du vent, généralement à une vitesse de plus de 100km/h. La preuve peut être de toute forme : attestation de station météorologique, autres maisons touchées…

Indemnisations

En cas de mini-tornade, chaque assuré doit procéder à une déclaration de sinistre auprès de son assureur le plus rapidement dans un délai de cinq jours après l’évènement afin de se faire indemniser. Des documents sont également à fournir :

– Un descriptif des dommages subis en précisant leur nature ;
– Une liste chiffrée de tous les objets perdus ou endommagés.

Il est important de fournir le maximum de factures d’achat ou de réparation, d’actes notariés, de contrats ou encore de photographies afin de chiffrer au plus juste l’indemnisation.

A lire également sur notre site :

Assurance habitation : Indemnisation en cas de tempête

Intempéries / Bouches-Du-Rhône : Marseille touchée par une mini-tornade

Assurance / Intempéries : La Vendée touchée par une mini-tornade

Tempête : Couverture des éléments extérieurs

 


Laissez votre avis