Xynthia, les experts sur le terrain

Plus d’une semaine après le passage meurtrier de la tempête Xynthia dans l’ouest de la France, l’heure est au chiffrage des dégâts, particulier par particulier. Chaque compagnie d’assurance récolte à présent les déclarations de sinistres auprès de leurs agents généraux, une tâche plus ou moins aisée selon les départements.

Même s’il est encore trop tôt pour dresser un premier bilan du nombre de sociétaires touchés par Xynthia, les experts et les agents d’assurance sont sur le pied de guerre pour régler au plus vite les cas les plus graves. Pourtant, même si des moyens conséquents et des mesures exceptionnelles ont été pris par chaque assureur pour faciliter les démarches et rallonger les délais de déclaration de sinistres ( en général jusqu’au 31 mars), il est difficile d’évaluer les dommages dans certains départements.

L’eau est le principal souci des experts sur place. En effet, elle ne s’est pas retiré partout et stagne encore dans certaines villes de Charente-Maritime où il est difficile d’estimer les dégâts. Cependant, selon les compagnies dont les assurés ont été touchés par la tempête, la plupart des déclarations de sinistres ont été envoyées à ce jour, du fait de la gravité de l’évênement. Axa comptait la semaine dernière près de 11.000 déclarations faites, un chiffre qui a dû augmenté depuis. L’assureur fait d’ailleurs preuve d’une grande efficacité à l’image des professionnels sur place. L’agent général de la compagnie basé à Guérande par exemple a d’ores et déjà réglé la trentaine de demandes de sinistres qu’on lui avait envoyé.

Du côté de chez Groupama, de Covéa ou de la Maïf et encore la Macif, un premier inventaire sera vraisemblablement disponible en fin de semaine, afin de comptabiliser plus clairement le nombres de personnes touchées et remboursées. La tempête Xynthia, a fait plus de cinquante morts, et coûtera selon les premières estimations, près de 1,2Md d’euros aux assureurs. Elle pourrait devenir, une fois la facture finale connue, la tempête la plus chère depuis 1999.


Laissez votre avis