AG2R-la Mondiale dévoile son baromètre santé

Les Français, la santé et l’argent, vaste sujet choisi par AG2R pour son baromètre santé 4e du nom. LH2 a réalisé cette enquête autour de 3 axes majeurs : « la santé, enjeu prioritaire pour les Français », « un système de soins de qualité qui tend cependant à se détériorer » et enfin « la problématique du financement du système de soins. »

L’argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue. Une majorité de français semblent se retrouver dans cette maxime populaire puisque pour 66% d’entre eux avoir une bonne qualité de vie, c’est avant tout vivre longtemps et en bonne santé. Ils ne sont que 52% à placer la question des ressources financières au premier rang . Une donnée qui peut surprendre en ces temps de crise où il faut arbitrer entre les différentes dépenses.

Mais, pour la santé, les Français restent prêts à mettre la main au portefeuille. Ainsi près d’un sondé sur deux (55%) déclare accorder une place importante, voire très importante à la santé dans leurs dépenses quotidiennes. Plus étonnant, ils ne sont que 4% à privilégier le critère du tarif dans le choix d’un professionnel de santé, d’une clinique ou encore d’un hôpital. Pour plus de la moitié d’entre eux (56%), ils font confiance aux recommandations de leur médecin généraliste.

La question de la dépendance fait partie des préoccupations majeures des français quels que soient leur âge, leur sexe ou leur profession. « On estime qu’une personne sur trois qui nait aujourd’hui deviendra dépendante et une sur quatre centenaire. En outre, pratiquement tout le monde a été ou est en contact avec une personne dépendante dans sa vie. Ceci peut expliquer cette préoccupation des Français concernant la perte d’autonomie » précise Jean-François Ropelewski, directeur marketing d’AG2R-la Mondiale. « C’est pourquoi nous travaillons sur une nouvelle gamme de produits qui devraient voir le jour en 2010 et sur la simplification des formalités, souvent dissuasives, pour contracter des produits de prévoyance. »

Un autre inquiétude qui ressort dans cette étude concerne la qualité des soins en France. Si les personnes sondées sont 84% à trouver le système français de meilleure qualité qu’à l’étranger, ils sont dans le même temps 66% à estimer qu’il tend tout de même à se détériorer. « De nombreuses raisons peuvent expliquer ce point de vue. Le manque de moyen, les fermetures d’hôpitaux, la baisse du niveau de remboursement des médicaments, ou encore la question des déficits abyssaux de la Sécu sont autant de sujets couverts par les médias et qui renforcent cette idée que l’avenir du système de santé français s’assombrit. » explique Adélaïde Zulfikarpasic, directrice du département opinion de LH2.

Conscients de ce marasme économique dans lequel baigne l’Assurance maladie, 44% des sondés sont pour une augmentation des cotisations sociales afin de pérenniser le financement de la Sécurité sociale. Un chiffre en nette hausse par rapport à 2008 où ils n’étaient que 35%. Preuve que les assurés sont soucieux de l’avenir de leur système de santé. Dans la même veine, 23% des Français se disent prêts à accepter une augmentation des primes de leur complémentaire santé pour pallier les défaillances du système public.

En contrepartie, ils sont 73% à estimer que c’est aux complémentaires de compenser la baisse des niveaux de remboursement de certains médicaments. Mais sur ce point bien précis, les principaux intéressés, à savoir les mutuelles, les assurances et les institutions de prévoyance n’adopteront pas la même ligne de conduite. Certains prendront à leur charge les déremboursements, quand d’autres refusent catégoriquement de mettre la main à la poche.


Laissez votre avis