« FX assure l’enquête » : Rencontre avec un cabinet d’avocat spécialisé dans la défense des épargnants et des investisseurs

Sujet : La défense des souscripteurs d’assurance vie

Invité : Maître Lecoq Vallon, avocat spécialiste dans la défense des épargnants

“Assureurs, assurés, bonjour!”
Le Mag de l’assurance vie est allé à la rencontre Maître Lecoq Vallon spécialiste dans la défense des épargnants.
La caractéristique de son cabinet est de défendre exclusivement les clients des banques et des compagnies d’assurances avec une large activité en matière d’assurance vie.

Notre enquêteur privé , François-Xavier du Besset a souhaité connaître les axes de défense de son cabinet :
– le devoir d’information et de conseil,
– les subtilités de la faculté de renonciation,
– les interventions sur des questions techniques ou spécifiques telles que les arbitrages ou l’affaire Madoff.

Avant la souscription d’une assurance vie dont le choix est large, Maître Lecoq Vallon offre dans cette interview de précieux conseils préventifs.
Il conviendra de bien réfléchir, de bien s’entourer et de vérifier des informations essentielles :
– Vérification de la compagnie, de sa solvabilité, de son éthique, de sa transparence et de son respect du client.
– Vérification du type de produit : Est-il adapté à votre situation? Quel degrés d’exposition au risque? Quel type de contrat?
– Vérification de la nature des supports : fonds en euro ou unités de comptes?

Votre Mag de l’assurance vie « FX assure l’enquête » propose à Maître Lecoq Vallon le suivi de dossiers litigieux afin d’allier la théorie à la pratique.

« AFFAIRES A SUIVRE !»

Envoyez vos réactions, vos commentaires et témoignages à FX du Besset sur :
fx.dubesset@news-assurances.com

video platformvideo managementvideo solutionsfree video player


un commentaire sur “« FX assure l’enquête » : Rencontre avec un cabinet d’avocat spécialisé dans la défense des épargnants et des investisseurs”

  • le sommer Vues :

    En 2004, une cie d' assurance vie pouvait-elle refuser un bénéficiaire acceptant sous réserve que le n° de contrat n"était pas mentionné. Y a-t-il un cas de jurisprudence ?

Laissez votre avis