Assurance-auto : Qu’est-ce que le Bureau central de tarification ?


L’assurance automobile est obligatoire, ainsi si un conducteur est résilié par son assureur et qu’il ne parvient pas à retrouver de contrat, il peut faire appel au Bureau Central de Tarification (BCT). Le rôle de l’organisme est d’obliger un assureur à couvrir un automobiliste.

La résiliation d’un contrat automobile peut-être très problématique. Assurance obligatoire, toute conduite d’un véhicule en défaut d’assurance est passible d’amende. Cependant, si c’est l’assureur qui a résilié le contrat, il peut parfois s’avérer difficile de retrouver un assureur par la suite.

Surtout qu’en assurance auto, les assureurs ne sont pas toujours exemplaires. Plusieurs témoignages se sont fait connaître comme Mourad qui a découvert ne plus avoir d’assurance après un accident. Alors qu’il n’a jamais reçu de courrier de la part de son assureur.

Les résiliés

J’ai eu un accrochage le mercredi 12 novembre 2014 au soir et lorsque j’ai appelé vos services pour faire ma déclaration de sinistre, on m’a appris que mon contrat avait été résilié !!! Les bras m’en sont tombés, car je n’ai jamais été averti de cette mesure. Je prends donc contact avec le service clients qui m’indique qu’on m’aurait adressé un courrier recommandé avec A.R. au mois de septembre me signifiant la résiliation de mon contrat à partir du 19 septembre 2014, courrier que je n’ai jamais reçu. Toutes les personnes que j’ai eu en ligne m’ont indiqué qu’ils étaient dans l’incapacité de me présenter l’accusé de réception signé de ma main, preuve s’il en fallait que je n’ai jamais reçu ce courrier“, témoigne-t-il.

Laurence se trouve dans le même cas, sa voiture tombe en panne et elle demande un remorquage une première fois, tout se déroule normalement l’assisteur envoie le nécessaire. Quelques semaines après, la voiture retombe en panne, Laurence rappelle son assureur qui cette fois lui répond qu’ils ne peuvent pas la dépanner puisque son contrat a été résilié et que par ailleurs elle doit régler l’intégralité du dernier remorquage.

Le problème principal de Laurence et Mourad est qu’il sera bien plus couteux et surtout compliqué pour retrouver un assureur. Sans compter que comme l’indique Mourad, “il est gravissime de laisser une personne rouler sans assurance sachant pertinemment qu’elle n’est en aucun cas avisée de la résiliation de son contrat, ceci pouvant s’avérer dramatique.

Le BCT

Si Laurence ou Mourad n’arrivent pas à retrouver d’assureur, ils pourront saisir le Bureau central de tarification. Ce dernier a pour rôle exclusif de fixer la prime moyennant laquelle l’entreprise d’assurance désignée par l’assujetti est tenue de garantir le risque qui lui a été proposé. Ainsi grâce au BCT, il est possible de forcer une entreprise d’assurance de nous couvrir.

Des profils à risque

En 2014 près de 800 personnes ont saisi le Bureau Central de Tarification. Selon Laurent Leveneur, le BCT est essentiellement saisi par deux types de profils:

– De jeunes conducteurs ayant été résiliés suite à un accident grave ou bien pour avoir conduit en état d’ébriété ou sous l’emprise de psychotropes.

-Des conducteurs âgés qui, après une série d’accrochages ou de petits accidents, ont été résiliés parce que le niveau de risque était devenu trop élevé pour l’assureur.

On constate donc que les deux types de conducteurs qui saisissent le plus le BCT sont ceux qui sont considérés comme les profils les plus risqués par les compagnies d’assurances. Par ailleurs même si le BCT contrôle les prix des malussés, les primes des résiliés qui doivent faire appel à l’organisme pour s’assurer restent bien plus élevées que le reste du marché.


Laissez votre avis