La santé, une affaire de femmes ?


Pour sa quatrième édition, l’Observatoire des femmes et de l’assurance Generali/Terrafemina s’est intéressé aux femmes et à leur santé. A la différence des hommes, elles se révèlent plus prévoyantes et avisées.

Les résultats de l’Observatoire des femmes et de l’assurance 2014, lancé par Generali et Terrafemina, ont été dévoilés le 27 mai. Cette quatrième édition a analysé les comportements et motivations des femmes en matière de santé, d’alimentation et d’activités physiques et sportives. On y apprend que si la gente féminine se déclare plus soucieuse face aux problématiques quotidiennes de santé, elle est également plus proactive et méticuleuse, notamment en matière de prévention et d’anticipation.

Hommes et femmes, préoccupés de la même façon par la santé ?

C’est un fait, en matière de santé, femmes et hommes ne se logent pas à la même enseigne. Notamment face à leurs préoccupations respectives, en témoignent les résultats généraux de l’Observatoire Generali/Terrafemina. Les femmes se disent par exemple plus anxieuses (78%) que les hommes (63%). Les causes diffèrent d’un sexe à l’autre. Les femmes se soucient davantage des contrariétés quotidiennes et liées à leurs proches (vie privée, vie familiale, argent…) alors que les hommes s’angoissent majoritairement pour leur travail. Une tendance qui, associée à l’impact de la crise économique, pèse sur la qualité du sommeil des femmes, ainsi que sur leur hygiène de vie. 35% des interrogées estiment mal dormir, 53% considèrent que la conjoncture a détérioré leur alimentation et 34% ont réduit leurs activités sportives par nécessité économique.

74% des femmes consultent un médecin généraliste plus d’une fois par an

Prudentes, les femmes se révèlent d’une prévoyance sans faille sur les problématiques de santé. Déterminées, elles sont 56% à avouer que la santé “c’est leur affaire” au même titre qu’ “une question de mode de vie au quotidien“, quand les hommes sont très majoritaires à penser que la santé est une “affaire de médecin“. Dans la réalité, le comportement préventif des femmes traduit cette différence entre les genres. 85% des sondées privilégient une alimentation saine, 74% consultent leur médecin généraliste plus d’une fois par an, 63% utilisent internet pour s’informer sur leur santé, 50% pratiquent une activité sportive, 47% emploient l’automédication et 15% n’hésitent pas à se tourner vers des médecines douces tels que la phytothérapie ou l’ostéopathie.

A l’image des précédentes éditions de l’Observatoire, qui avaient fait émergé un perpétuel principe de précaution des femmes à l’égard de la vie, des modes de consommation ou de l’épargne, la tendance se confirme dans leurs rapports à la santé. Les femmes se révèlent toujours plus attentives et méfiantes.


2 commentaires sur

Laissez votre avis