Assurances agriculteurs : Faut-il s’assurer contre tous les vols ?


Les agriculteurs se font de plus en plus dérober leur production, bétail, marchandises alimentaires mais également biens d’équipement et matériaux. Autant de vols qui les pénalisent dans leur activité et pour lesquels il n’existe pas toujours d’assurances adaptées.

Pour se prémunir contre tout risque qui pourrait nuire à leur exploitation, les agriculteurs disposent d’une large palette de solutions d’assurance. Des couvertures pour garantir tout dommage causés à leurs biens (assurance multirisque agricole, assurance récolte, assurance grêle, assurance mortalité des animaux, assurance tracteur et automoteur…) et des protections pour les préserver eux en tant que humain (assurance santé, assurance arrêt de travail, garantie des accidents de la vie…).

Un éventail complet de solutions qui, dans les faits, ne se révèle pas toujours adapté aux risques véritablement rencontrés par les agriculteurs.

L’assurance multirisques agricole

“L’assurance multirisques agricole couvre les dommages causés à l’ensemble d’une exploitation, c’est-à-dire aux bâtiments désignés dans le contrat d’assurance, y compris ceux à usage d’habitation, à leur contenu (mobilier, matériel agricole etc.), aux marchandises, aux animaux et aux récoltes. Certains de ces biens sont également garantis s’ils se trouvent hors des bâtiments ou de la propriété, à l’occasion de déplacements pour les besoins de l’exploitation ou en cas d’entraide agricole” explique la FFSA, Fédération Française des Sociétés d’Assurance.

Ainsi, l’assurance multirisques agricole se compose d’un groupement de garanties essentielles pour un exploitant. Des couvertures standards (vol, incendie, dégâts des eaux, bris de glace, catastrophe naturelle…) mais également des renforts optionnels (accidents aux appareils électriques, pertes de vin, d’alcool et d’engrais, actes de vandalisme, pertes de loyers…).

La faible prise en charge de l’assurance en cas de vol

La garantie vol fait donc partie intégrante de l’assurance multirisques agricole majoritairement détenue par les agriculteurs. Une couverture qui se révèle particulièrement opportune depuis quelques années, les exploitants étant en proie à une flambée des vols sur leurs terres. Des larcins qui peuvent couter très chers, les pertes subies devant être automatiquement remplacés pour aboutir à l’objectif prévisionnel de production prévu par l’agriculteur.

Intervenant sur une multitude de biens, la garantie vol peut tout aussi bien jouer sur une machine (tracteur,…), que sur des animaux d’élevage (vaches, volailles…) ou des produits de récolte (blé, mais…). A ce titre, elle est assortie de conditions (verrous, entrepôts sécurisés, systèmes d’alarme…) et exclusions bien spécifiques, qui la rendent régulièrement inopérante. Par exemple, dans certains contrats, le vol de bétail, le vol dans les champs ou le vol dans les serres sont exclus de toute prise en charge alors que ce sont les plus communs.

A la garantie, s’ajoute également des applications de franchises aux montants non négligeables. Une restriction qui incite parfois les agriculteurs à taire les larcins subis. Pour que le faible remboursement ne soit pas tronqué d’une part, et d’autre part pour ne pas laisser l’assureur constatés une multiplication des sinistres, ce qui pourrait engendrer une potentielle résiliation du contrat d’assurance à son échéance.

Une couverture qui se démontre donc pas toujours efficace face à la réalité du quotidien vécu par les agriculteurs. Les exploitants qui désirent se couvrir le plus étroitement possible en ont la possibilité via des garanties optionnelles ou une assurance spécialement dédiée au vol. Des solutions de protection qu’ils devront toutefois payer le prix fort.


Laissez votre avis