Tempête Dirk / Cyclone Bejisa : Bilans chiffrés des deux catastrophes


Balayant les côtes bretonnes puis l’île de la Réunion, la tempête Dirk et le cyclone Bejisa se sont succédés, engendrant de multiples dommages chez les français, mais également chez les domiens. L’heure du bilan a sonné pour les assureurs, qui commencent à dévoiler leurs estimations sur l’ampleur des dégâts.

Crues, inondations, pluies de grêle, violents orages, la France a été particulièrement malmenée par les intempéries en 2013. La fin de l’année n’aura pas dérogé à la tendance avec la tempête Dirk qui est venue bousculée la Bretagne un jour où on ne l’attendait pas: le 24 décembre. Si l’évènement climatique n’aura duré en tout et pour tout que deux jours, les importants débordements de fleuves et cours d’eau qui ont pris le relais ont paralysé une partie de la pointe armoricaine pendant 14 jours.

Pour la Réunion, atteint par le Cyclone Bejisa le 2 janvier, juste après la St Sylvestre, l’île est restée cloitrée pendant 2 jours. En dépit de nombreux arbres pliés, de tuiles arrachées et de bateaux emportés par les flots, les pertes ne sont pour l’heure pas si notables que l’intensité de la situation semblait le présager.

Estimation du nombre de demandes d’indemnisation à la suite de la tempête Dirk en Bretagne

[table id=55 /]

“Sur 7.830 risques, nous avons enregistré 7.766 demandes d’indemnisation recevables. Le montant prévisionnel des dommages s’établit au 10 janvier 2014 à approximativement 7 millions d’euros. Cela ne devrait pas être si couteux que l’ampleur des évènements ont semblé le démontrer. Les dégâts ont été essentiellement causés par le vent et non par les inondations” déclare la MAIF.

De con côté, CCR, caisse centrale de réassurance, parle d’une estimation de “50M à 100M d’euros au titre des catastrophes naturelles”, à indiqué son Responsable catastrophes naturelles, fonds publics et études techniques, Laurent Montador.

Estimation confirmée par la FFSA, Fédération française des sociétés d’assurance, qui a déclaré le 23 janvier par la voix d’un porte-parole que  le coût serait “d’environ 100 millions d’euros”. Nicolas Moreau, président directeur général d’Axa, avait en début de mois avancé le même chiffre.

Estimation du nombre de demandes d’indemnisation à la suite de la tempête BEJISA à la Réunion

[table id=56 /]

“Sur 3.056 risques, 2.941 dossiers de déclaration de sinistres ont été recevables. Le montant prévisionnel des dommages oscille au 10 janvier 2014 entre 4 et 7M d’euros. Il est possible que ce chiffre monte vite. Les réunionnais étaient en grandes vacances pendant l’évènement, beaucoup rentrent à peine chez eux et constatent les dégâts” indique la MAIF. CCR, pour sa part, chiffre la catastrophe à 10M d’euros, un cyclone pas si couteux que ça, selon la Caisse centrale.


Laissez votre avis