Mon fils de 18 ans va commencer ses études à l’université, puis-je garder mes assurances actuelles ou dois-je en souscrire de nouvelles?


En devenant étudiant, votre fils va bientôt faire face à de nouveaux besoins.

Tout d’abord, concernant la santé.

Sachez que les modalités d’affiliation à la sécurité Sociale varient en fonction de l’âge, de la situation personnelle de votre fils ainsi que de votre profession ou de celle de votre conjoint. Pour accéder à la sécurité sociale de base obligatoire, il devra choisir une mutuelle étudiante dès son inscription à l’université. Mais des exceptions existent… Par exemple, si vous ou votre conjoint êtes artisan, votre enfant sera couvert jusqu’à l’âge de 19 ans par le régime de protection sociale de base des travailleurs non-salariés. Prenez contact avec votre caisse d’assurance maladie qui vous fournira tous les renseignements nécessaires.

Pour compléter le remboursement de ses dépenses de santé, il se peut que votre fils bénéficie encore de votre complémentaire santé actuelle. Si ce n’est pas le cas, il est important de souscrire pour lui un contrat santé, à titre personnel.

Concernant la responsabilité civile de votre fils

S’il continue à habiter chez vous, vérifiez qu’il jouit toujours de la qualité d’assuré dans le cadre de votre contrat multirisque habitation. En revanche, s’il quitte la maison pour s’installer ailleurs, et louer par exemple un studio, il devra souscrire au minimum une assurance responsabilité civile au titre d’occupant.

Autre point, si votre fils effectue des stages durant son cursus, il devra peut-être fournir une attestation de responsabilité civile à son employeur. Dans ce cas, vérifiez que les garanties de responsabilité civile de votre contrat habitation sont adaptées.

Venons-en à ses déplacements

S’il emprunte occasionnellement votre véhicule, votre fils pourra rester sur votre contrat d’assurance. Mais s’il le conduit régulièrement, veillez à modifier votre contrat en le déclarant « conducteur principal ». Cette déclaration garantira une couverture à votre fils en cas d’accident ainsi qu’une prise en compte de son expérience réelle dans le cadre du calcul des bonus/malus. Sachez enfin que certains assureurs n’appliquent aucune surprime “jeune conducteur”, tant que votre enfant est sur votre contrat.

Côté assurance, vous avez plusieurs éléments de réponse pour entamer, le moment venu, les bonnes démarches et veiller à ce que votre fils soit toujours bien protégé.


Laissez votre avis