Vidéo : Le remboursement d’un appareil auditif


Aujourd’hui, des millions de Français souffrent de problèmes d’audition sans pour autant se faire appareiller, car le coût d’un équipement auditif est très élevé et le remboursement de l’assurance maladie insuffisant. Pourtant plus on tarde, et plus la défaillance auditive est difficile à corriger. Premier facteur pris en compte pour les remboursements, l’âge : une personne de moins de 20 ans sera mieux remboursée.

Avant l’achat d’un appareil auditif, l’audioprothésiste est tenu d’effectuer un entretien préalable pour évaluer les besoins de son patient. Il doit également lui établir un devis selon un modèle normalisé et lui remettre une fiche technique indiquant les caractéristiques de l’appareil afin de lui permettre de comparer notamment les services associés à l’appareillage.
Les appareils auditifs sont pris en charge par l’assurance maladie à hauteur de 60% de la base de remboursement.
L’âge de 20 ans est un véritable palier pour le remboursement des prothèses auditives. En effet, pour un jeune de moins de 20 ans, l’assurance maladie obligatoire rembourse sur la base d’un tarif différent selon les spécificités techniques et les équipements supplémentaires. Les appareils sont répertoriés en 4 classes sur la base d’un tarif allant de 900 à 1400 €.
Pour les plus de 20 ans, l’appareil est remboursé également à 60% mais sur la base d’un tarif moindre et unique de 199,71 €. Soit un remboursement de 119.83 €.
Quel que soit l’âge du patient, en cas de stéréophonie, c’est-à-dire lorsque les 2 oreilles sont touchées, la prise en charge de l’assurance maladie obligatoire est multipliée par 2.

Les frais d’entretien sont également pris en charge à 60%, sur la base d’une allocation forfaitaire de 36,59 €, soit un remboursement annuel de 21.95 €.

La part restant à charge étant souvent importante, l’assuré peut souscrire une mutuelle complémentaire offrant une bonne prise en charge afin de diminuer son reste à charge.
Certaines mutuelles disposent d’un réseau d’audioprothésistes partenaires permettant à leurs assurés de bénéficier de tarifs et de services négociés ainsi que du tiers payant qui évite l’avance de frais.

Les assurés bénéficiant de la CMU – la Couverture maladie universelle – ont des conditions de prises en charge particulières, et les personnes souffrant simultanément d’un trouble de l’audition et de cécité sont prises en charge selon les bases d’un assuré de moins de 20 ans.


Laissez votre avis