Par quoi les assurés sont-ils le plus préoccupés ?

En 2012, près de 40.000 particuliers ont fait appel aux autorités de contrôle du secteur financier pour des questions ou des litiges sur l’assurance. Les contrats d’assurance-vie non réclamés ou les problèmes de résiliations avec les compagnies sont les principaux sujets d’inquiétudes des assurés.

L’année dernière, près de 330.000 appels ont été traités par la plateforme commune 
d’information Assurance Banque Épargne Info Service, destinée à protéger les épargnants. Gérée par l’Autorité de contrôle prudentiel (ACP) et à l’Autorité des marchés financiers (AMF), cette plateforme a notamment enregistré 38.460 appels (3.210/mois) concernant des sujets assurances en 2012.

Parmi les principales inquiétudes des assurés, le sujet des contrats d’assurance-vie non réclamés arrive en tête. Ainsi, les questions les plus posées aux spécialistes de l’ACP sont “Que faire quand l’assureur, informé du décès du souscripteur par l’envoi du certificat de décès, ne verse pas le capital du contrat d’assurance-vie dont je suis bénéficiaire ?”. Parmi les autres questions les plus posées on trouve par exemple “mon assureur santé m’indique que je ne bénéficie pas du droit de résiliation loi Chatel. Pourquoi ?”, ou encore “Mon assureur m’oppose une franchise. Qu’est-ce que c’est ?”.

Vers une meilleure information

Lancé en juin 2010, le site Assurance Banque Epargne Info Service (ou ABE-IS) comptabilise aujourd’hui 1 million d’appels dont 11% concernent l’assurance. Une nouvelle version de la plateforme a même été mise en service en décembre 2012 et le public peut également poser ses questions via un numéro d’appel national (0811 901 801).

L’aide aux épargnants passe également par des informations pratiques sur les différents produits, notamment les contrats d’assurance-vie, automobile, habitation ou santé disponibles sur le site. ABE-IS diffuse enfin des conseils sur les bons réflexes à adopter et publie des alertes et des mises en garde contre les pratiques de certains établissements.

La loi Hamon en question

Interrogé lors d’une rencontre ce mardi avec les journalistes de l’Anja (Association nationale des journalistes de l’assurance) Fabrice Pesin, coordinateur du pôle commun et secrétaire général adjoint de l’ACP, expliquait que l’autorité recevait “beaucoup de remontées sur la loi Chatel”. Selon ce dernier, le projet de loi Hamon sur la consommation, censé améliorer le dispositif Chatel et permettre aux assurés une résiliation à tout moment, pourrait avoir “des effets non-désirés” avec “certains aménagements et révisions à venir”. Ce dernier évoquait notamment le système du bonus/malus en auto, calculé en général sur une année.

Pour 2013, l’ACP et l’AMF ont lancé plusieurs initiatives pour renforcer la protection des assurés, notamment sur la distribution et la publicité sur les produits d’épargne.


Laissez votre avis