Fraudes / Escroqueries : Les assurés de plus en plus créatifs

Alors qu’un assuré était pris la main dans le sac en mai dernier, brulant au passage 1 000 ha de pinède dans la mauvaise tournure de son escroquerie, un nouveau cas fait la Une. Dans l’Aisne, un artisan boucher du Soissonnais est allé jusqu’à fomenter une séquestration et une attaque à mains armées pour percevoir des indemnités. Un scénario des plus créatifs mais qui n’est pas sans rappeler la myriade de fraudes à l’assurance qui se déroulent au quotidien.

L’arnaque était bien ficelée. Pas assez cependant pour échapper à la suspicion aiguisée des assureurs. Des cas d’escroquerie, ils en enregistrent tous les jours. “Les assurés essaient régulièrement de pigeonner les compagnies” affirme dans L’Union Dominique Bernard, Président de la chambre départementale des agents d’assurance de l’Aisne. En chaque assuré peut se déguiser un fraudeur potentiel.

Agressé puis kidnappé

Justement, le dernier escroc en date se tapissait dans une charcuterie du Soissonais. Un artisan boucher. Son scénario avait tout pour convaincre en ces temps de crise où les commerçants sont régulièrement agressés. A l’aube, trois acteurs malfaiteurs ont pénétré dans son enseigne, l’ont fictivement roué de coups pour finalement le kidnapper, laissant derrière eux la boutique et le véhicule de l’artisan en cendres. Ce présumé incendie et cette attaque orchestrée auront fait mouche auprès des enquêteurs de police qui n’ont pas tardé à dévoiler le pot-aux-roses.

Les fraudes du quotidien

Si ce cas reste exceptionnel dans son inventivité, il témoigne d’un fléau en hausse constante : les fraudes du quotidien. Et sur ce thème, les assureurs connaissent leurs classiques. La majorité porte sur le bris de glace, le stationnement ou la responsabilité civile. Les assurés usent de ces petits stratagèmes pour rejeter leurs implications responsables et être ainsi indemnisés. Tel est le cas d’une vitre cassée en raison du ballon de foot du petit dernier de la famille et qui sera déclaré comme accrochage avec délit de fuite du coupable. Ou encore, accident sans tiers identifié en stationnement quand l’assuré s’est garé trop près d’un mur et que sa portière en a pâti. En matière de fraudes du quotidien, les fausses déclarations abondent.

Attention cependant, une fraude à l’assurance détectée peut être sévèrement punie par la justice en fonction de son importance. Des amendes parfois, qui peuvent être plus grièvement accompagnées de peines d’emprisonnement.

 


Laissez votre avis