Justice / Décès : Europ Assistance jugé pour non assistance

Renvoyé devant le tribunal correctionnel mardi dernier, Europ Assistance est jugé pour homicide involontaire suite au décès d’un de ses assurés français survenu au Maroc en 2006. L’assisteur aurait mésestimé les symptômes de paludisme présentés par le jeune homme de 24 ans. 

Europ Assistance jugé pour non assistance, une affaire qui pourrait sembler anecdotique. L’évènement démontre cependant une anomalie sérieuse : le décès d’un jeune français de 24 ans, Renaud Dubois, dont l’assisteur aurait mésestimé les symptômes de paludisme. Accusé de négligence par le juge d’instruction en charge de l’ordonnance, Europ Assistance a été transféré mardi dernier du pôle santé de Paris au tribunal correctionnel pour homicide involontaire.

Des versions contradictoires

Fin décembre 2006, Renaud Dubois atterrit en terres marocaines. Alors que les médias invoquent unanimement une prise de vacances de la part du jeune homme pour s’adonner à sa passion du surf, Europ Assistance de son côté avancerait une mutation professionnelle. Aucune lumière n’a encore été faite sur ce détail qui pourrait considérablement alléger les griefs qui pèsent aujourd’hui sur les épaules de l’assisteur, voire carrément le dédouaner de toute responsabilité.

Un diagnostic qui tarde à se faire connaître

Peu de temps après avoir foulé le sol marocain, le jeune surfeur témoigne d’une fièvre inquiétante. Songeant directement aux premiers symptômes du paludisme (Renaud Dubois revenant d’un séjour en Indonésie) ses parents contactent directement son assisteur d’affiliation : Europ Assistance. Ce dernier consigne l’incident dans ses dossiers administratifs mais laissent aux équipes médicales sur place le soin de rendre leur diagnostic. Le premier bilan sanguin est négatif, l’assisteur classe alors l’affaire.

Intervention tardive

Onze jours après son arrivée, les symptômes prennent de l’ampleur, Renaud Dubois est placé en réanimation. Recontacté, Europ Assistance décide d’intervenir en lui réservant une place sur un vol régulier. La situation empirant encore deux jours plus tard, l’assisteur affrète finalement un avion sanitaire. Une réaction trop tardive, le jeune homme décède des suites d’un paludisme fulgurant 1h avant l’arrivée des secours.

Europ Assistance s’explique

Aujourd’hui face à la justice pour homicide involontaire à la suite du dépôt de plainte de la famille Dubois, Europ Assitance s’explique à News Assurances Pro sous la voix de Thierry Depois, son Directeur France : “il s’est fait hospitalisé dans une bonne clinique à Marrakech. L’équipe locale médicale n’a pas trouvé immédiatement la pathologie dont il était atteint malgré ses investigations. La famille nous a informés de l’état de cet assuré. Dès que l’équipe médicale locale nous a donné son feu vert, nous avons mis en place un rapatriement sanitaire par vol régulier avec civière et médecin accompagnant. Une procédure adoptée dans 90% des cas. Son état s’est aggravé et le rapatriement a été impossible. Nous avons donc programmé une évacuation sur vol spécial mais arrivé sur place, le jeune homme était malheureusement décédé. Nous avons repris la procédure étape par étape et nous n’avons trouvé aucun manquement de notre part. En cinquante ans, c’est la première fois que nous sommes impliqués dans un incident de ce genre alors que nous faisons 3000 rapatriements par an.”

 


Laissez votre avis