PIP : La valse des indemnisations commence pour Allianz

Une semaine après le revers essuyé devant les tribunaux toulonnais, Allianz est rattrapé par son devoir d’indemnisation. Condamné en janvier dernier à dédommager de 4.000 euros une première victime d’Avignon, l’assureur doit désormais verser 19.650 euros à une lyonnaise, porteuse infortunée des implants PIP.

Se débattant tant bien que mal dans le nébuleux scandale des implants PIP, l’assureur Allianz n’a de cesse de clamer sa non-responsabilité. S’appuyant sur des motifs de “tromperie et de fausses déclarations”, les avocats de l’organisme de protection ont tenté le tout pour le tout pour obtenir l’invalidité du contrat d’assurance qui liait Allianz à Jean Claude Mas, fondateur de Poly Implant Prothèse. Le tribunal de commerce de Toulon en a cependant décidé autrement le 14 juin dernier, rejetant la demande de l’assureur. Jusqu’à sa procédure en appel, Allianz n’a nul autre recours que de dédommager les victimes qui se manifestent pas voie juridique.

Ainsi, la première a avoir donné le ton est une habitante d’Avignon. En janvier dernier, un juge des référés de son agglomération astreint Allianz à lui verser une compensation de 4.000 euros. Le 18 juin, le Tribunal de Grande Instance de Lyon emboîte le pas, et condamne l’assureur à une indemnisation plus significative, 19.650 euros. Deux dédommagements qui font office de pionniers mais qui ne devraient pas se contenter de boucler la boucle. Au total, plus de 30.000 porteuses des implants frauduleux attendent d’être indemnisées.

Pour en savoir plus :

– Prothèses PIP : Allianz devra assumer
– Justice / Prothèses PIP : L’assureur veut éviter l’indemnisation des victimes
– Reportage / Prothèses PIP : Quel recours pour les femmes ?


Laissez votre avis