Un séducteur, deux femmes, un meutre, un accident et…des assurances décès !

Jamel Leulmi est jugé depuis hier, 28 avril, par les assises d’Evry pour l’assassinat de sa femme et la tentative de meurtre de sa concubine. Le mobile : l’homme lorgnait sur les contrats d’assurance décès des deux victimes.

Les assises d’Evry accueillent depuis hier, 28 avril, et jusqu’au 20 mai, une affaire romantico-scabreuse étonnante, dont l’intrigue ferait frémir les polars américains. Jamel Leulmi , 36 ans, est jugé pour “assassinat, tentative d’assassinat, escroquerie et tentative d’escroquerie”. L’homme est accusé du crime de sa première épouse et d’avoir orchestré la tentative de meurtre de sa seconde compagne afin de mettre la main sur les capitaux prévus sur les contrats d’assurance décès des deux femmes. Un million d’euros sur le premier, 7 millions d’euros sur le second.

Les faits

Le 12 juin 2010, Julie Derouette, ancienne petite-amie de celui que ses conquêtes nomment le “séducteur manipulateur”, porte plainte pour un cambriolage chez elle. Aucun vol concret n’est à déplorer, à l’exception d’un détail insolite: les copies de ses contrats d’assurance décès ont été dérobées. La jeune femme développe alors un scénario. La disparition de ses documents serait, selon elle, liée à l’accident de la route et à l’agression subit quelques mois plus tôt en vacances au Maroc. Une mésaventure qui lui coute une fracture de la colonne vertébrale, 5 mois d’incapacité temporaire de travail (ITT), un handicap à vie, mais qui ne la tue pas. Les soupçons de Julie Derouette se portent alors sur son compagnon depuis 2 mois: Jamel Leulmi.

Les forces de l’ordre fouillent dans le passé du suspect et découvrent une affaire similaire, survenue en 2007, trois ans auparavant. La femme de Jamel Leulmi (mariage de 3 mois) a été tuée lors d’une balade à vélo, fauchée par une voiture en fuite. L’homme perçoit alors le million d’euros prévu au contrat d’assurance décès de la défunte. Capital dont il subsiste à l’heure actuelle deux maisons, un appartement, un 4×4, un quad ou encore un jet-ski.

L’enquête se poursuit et une troisième victime est identifiée. Une jeune femme attestant d’une déficience mentale dont le point commun aux deux autres proies est de détenir des contrats d’assurance décès, d’une valeur de 3,2 millions d’euros.

Détenu depuis 4 ans en prison, le “séducteur aux 200 conquêtes”, soutenu par sa dernière et actuelle épouse, nie formellement les accusations émises à son encontre et parle d’acharnement judiciaire.


Laissez votre avis