Assurance / Intempéries : Neige ou nuage de cendres, mêmes remboursements en cas de vol annulé

Les voyageurs dont le vol a été annulé du fait des intempéries ces derniers jours peuvent prétendre aux mêmes remboursements que ceux victimes au printemps dernier du nuage de cendres du volcan islandais.

Les voyageurs dont le vol a été annulé du fait des intempéries ces derniers jours peuvent prétendre aux mêmes remboursements que ceux victimes au printemps dernier du nuage de cendres du volcan islandais.

« C’est une situation similaire à celle du volcan, c’est-à-dire une situation exceptionnelle qui s’impose aux compagnies aériennes », précise même Nicolas Godfroy, juriste à l’UFC-Que Choisir. En ce qui concerne les trains retardés, la SNCF n’est pas tenue de dédommager les voyageurs, la cause des perturbations ne lui incombant pas.

VOL SEC : En cas d’annulation de vol, la législation européenne prévoit que les compagnies aériennes qui opèrent en Europe (UE + Suisse + Islande + Norvège) remboursent le voyage ou proposent un report. Le remboursement intervient même si le client n’a pas souscrit d’assurance spéciale. Normalement ces remboursements sont effectués sans frais. La compagnie est tenue de porter assistance (information, nourriture, hébergement) aux passagers bloqués dans les aéroports. Pour les compagnies aériennes non européennes, tout dépend de leurs propres
réglementations.

FORFAIT VOYAGE (vol + séjour) : Pour l’UFC-Que choisir, « il doit y avoir remboursement » de la part du tour opérateur ou de l’agence de voyage. Mais, comme dans le cas du volcan islandais, tous les professionnels n’ont pas la même lecture.

Selon la législation française, ces perturbations relevant du cas de force majeure, elles libèrent l’agent de voyage de la bonne exécution de ses obligations résultant du contrat. Le voyagiste doit aussi porter assistance (nourriture, hébergement) à ses clients bloqués dans les aéroports.

L’association des tours opérateurs se voulait rassurante mardi. « On a fait partir 98% des clients, dans des vols charters qui ont eu énormément de retard, mais on a pris en charge les passagers dès leur arrivée à leur aéroport », a expliqué à l’AFP René-Marc Chikli, le président du Ceto. Il a fait valoir que les autorités étaient confrontées à l’une des plus importantes vagues de départ de l’année, quelque 100.000 clients du Ceto devant, par exemple, prendre un vol les samedi 18 et 25 décembre.

TRAIN : La SNCF fait valoir que peu de trains ont été annulés. En revanche pour les trains retardés, la cause du retard n’incombant pas à la SNCF, la société n’est pas tenue de rembourser tout ou partie du prix du billet.


Laissez votre avis