Accident de bus / Italie : La compagnie Lametta Viaggi était-elle bien assurée ?

Comme en France, la Responsabilité Civile est une police d’assurance obligatoire pour circuler en Italie. Le bus de la société de transport Lametta Viaggi, victime d’une sortie de route tragique hier soir près de Naples devait donc théoriquement être assurée pour rouler.

Dans la soirée de dimanche, un bus siglé de la compagnie de transport Lametta Viaggi a fait une sortie de route mortelle près d’Avellino en Italie. Après avoir percuté plusieurs véhicules, l’autocar est tombé d’un viaduc, s’écrasant 30 mètres plus bas. Le bilan est lourd et fait état de 38 morts et 10 blessés. Le bus transportait une cinquantaine de passagers qui revenaient d’un voyage à Telese Terme. Cet accident, l’un des plus tragiques en Europe, rappelle celui de Sierre (Belgique) qui a coûté la vie à 28 personnes.

Assurance Responsabilité Civile obligatoire

Comme en France, une assurance Responsabilité Civile automobile est nécessaire et obligatoire pour rouler avec un véhicule en Italie. Reste à savoir si la société de transport était correctement assurée et si le transport de passagers était soumis à condition.

“Il est possible que les suites d’un accident de ce genre se finisse au tribunal, surtout s’il reste une part de hasard ou d’inconnue étant donné que le conducteur est décédé, les compagnies d’assurances intervenant alors pour prendre en charge le reste des indemnisations”, explique au quotidien Napoli Repubblica, Giordano Biserni, le président de l’Asaps (Associazione amici sostenitori della Polstrada) une association de soutien à la police routière.

En effet, il faudra déterminer la responsabilité du chauffeur de l’autocar, Ciro Lametta (Frère de Gennaro, le propriétaire de la société de transport Alam Viaggi di Lametta Gennaro basée à Naples ), lui aussi décédé dans l’accident.

Plusieurs causes évoquées

Évidement, suivant les causes de l’accident et les responsabilités de chacun, les indemnisations pourront être engagées par plusieurs parties. Ainsi, la société de transport pourrait être mise en cause, tout comme le constructeur du bus ou encore la société d’autoroute sur laquelle la rambarde du viaduc a cédé sous le choc.

Pour l’heure, une survivante aurait affirmé qu’un des pneus du bus aurait explosé et que le chauffeur n’a pas réussi à maîtriser le véhicule. Le tronçon de route, en pente et particulièrement à risques, pourrait être à l’origine lui aussi de la tragédie. Enfin, les vérifications d’usage (alcool et stupéfiant) sur le conducteur sont en cours), le parquet d’Avellino a ouvert une enquête pour « homicides involontaires ».

Crédit Photo : AFP

Laissez votre avis