Arnaque : peine de mort pour une directrice d’assurance chinoise

    Une dirigeante d’un assureur chinois, reconnue coupable d’avoir détourné 1,3 milliard de yuans (184 millions d’euros) après avoir fui aux îles Fidji, a été condamnée mercredi à Shanghai à la peine de mort assortie du sursis.

    Chen Yi, ancienne directrice générale de la Shanghai Fanxin Insurance Agency, avait été arrêtée en août 2013 dans le petit Etat du Pacifique sud grâce à l’aide d’Interpol. Souvent présentée par la presse chinoise comme une femme d’affaires élégante et déterminée, Mme Chen a été condamnée pour avoir effectué des levées de fonds frauduleuses en escroquant des milliers de victimes.

    Sa sentence, confirmée par un communiqué du tribunal de Shanghai qui l’a jugée, sera automatiquement commuée en prison à vie si la détenue conserve un bon comportement durant deux ans.

    Vente de faux contrats d’assurance

    L’ex-dirigeante, avec un autre responsable de sa compagnie d’assurances, avait vendu des faux contrats et des produits de gestion de fortune à plus de 4.400 clients, dans la région de Shanghai et la province voisine du Zhejiang.
    On avait estimé que le montant de l’escroquerie dépassait 1,3 milliard de yuans (184 millions d’euros).

    Mme Chen et son complice avaient transféré plus de 6 millions de dollars dans une banque de Hong Kong et ils avaient fui aux Fidji, emportant avec eux 830.000 euros en liquide et en biens.

    Trouvées aux Iles Fidji

    Après avoir localisé la fugitive, le ministère chinois de la Sécurité publique avait envoyé une équipe aux îles Fidji pour l’arrêter, en coopération avec la police locale. L’autorité chinoise de régulation du secteur des assurances avait de son côté annoncé que Fanxin avait vendu des produits de gestion de fortune sans autorisation.

    De tels produits financiers, faiblement encadrés en Chine, sont très en vogue auprès des investisseurs à la recherche de placements plus rémunérateurs que ce que permettent les taux d’intérêts assez bas proposés par les banques.

    Les autorités chinoises ont lancé l’an dernier une vaste traque internationale de fugitifs soupçonnés d’avoir commis des malversations financières, une opération baptisée “Fox hunt” (“Chasse aux renards”) ciblant d’abord les fonctionnaires corrompus.


    Laissez votre avis