Victimes des essais nucléaires : du retard dans les indemnisations

L’association des vétérans des essais nucléaires (Aven) a interpellé mercredi le ministre de la Défense Hervé Morin dans une lettre ouverte alors qu’un décret d’application controversé de la loi d’indemnisation des vétérans est toujours en préparation.

« Nous sommes au regret de constater, comme les parlementaires, que vous n’avez pas tenu vos engagements envers les vétérans ni face à la Nation », proteste l’Aven qui parle de « mépris » à son égard et s’interroge: « doit-on radicaliser nos mouvements? ». L’Aven conteste en particulier la liste de 18 maladies retenues par le ministère de la Défense sur la base des travaux du Comité scientifique des Nations unies pour l’étude des effets des rayonnements ionisants (UNSCEAR).

« Seulement 18 maladies sont répertoriées, des pathologies comme les lymphomes, les myélomes et les maladies cardiovasculaires en sont exclues », regrette l’association. Celle-ci conteste aussi les zones géographiques retenues en Polynésie ou dans le Sahara algérien où la France a conduit ses 210 essais nucléaires de 1960 à 1966. « Vous affirmez que le nuage radioactif aurait contourné certains lieux sans les pénétrer ! Ce n’est pas ce que nous avons pu constater sur le site d’In Eker (Algérie), notamment le 24 février 2010, où il n’y a pas de compteur Geiger assez puissant pour enregistrer la radioactivité ambiante », écrit-elle.

L’Aven affirme que le renversement de la charge de la preuve au bénéfice des victimes est remis en cause par le projet de décret. Elle s’interroge aussi sur les conditions d’assistance juridique des vétérans dans leurs démarches d’indemnisation ou le suivi médical des victimes. Interrogé par l’AFP, le porte-parole du ministère de la Défense Laurent Teisseire a assuré que « comme le souhaitait le ministre, le décret et le dispositif concret de prise en charge des demandes d’indemnisation seront très prochainement mis en oeuvre ».

« L’objectif est que le décret traduise pleinement les engagements pris par la loi », a-t-il poursuivi, se refusant à « commenter plus en détail un document qui n’est pas encore sur la table du conseil des ministres ». Le projet de décret, qui a été soumis au conseil d’Etat, doit préciser les conditions d’application de la loi du 5 janvier 2010 sur la reconnaissance et l’indemnisation des victimes des essais nucléaires effectués par la France, un texte qui avait été définitivement adopté par le Parlement le 22 décembre.

Paris, 24 mars 2010 (AFP)


Laissez votre avis