Dossier: assurance habitation et maison écologique

Avoir un « chez soi » confortable, fonctionnel et économique, c’est le souhait de chacun. Mais avoir une habitation respectueuse de l’environnement, que ce soit en terme de matériaux de construction, ou d’éléments intérieurs (électroménager par exemple), c’est aujourd’hui un “plus” très en vogue. Depuis quelques temps, les logements dits « écologiques » utilisent des techniques de construction et des matières nouvelles. Il est donc intéressant de savoir comment les assurances se sont adaptées à ces habitats modernes, et surtout comment sont couvertes les installations climatiques récentes.

Dans un souci de respect environnemental accru, de plus en plus de propriétaires investissent dans des demeures écologiques, et ces derniers utilisent des matériaux innovants pour préserver la nature. Les assureurs ont bien compris l’enjeu de ce marché, et ils ont suivi ce mouvement. En proposant différentes garanties, notamment sur la constructions ou l’installation de nouvelles technologies, ou alors en baissant les tarifs lors de travaux pour des maisons plus vertes, les compagnies d’assurance participent ainsi à l’évolution comportementale en matière d’environnement.

La GMF garantie par exemple, via son contrat multirisque habitation, les installations utilisant des énergies renouvelables. Sans surprime, la mutuelle d’assurance prend en charge, y compris pour le bris de vitre, les installations utilisant les énergies renouvelables (en responsabilité civile et en dommages). Cela comprend les panneaux photovoltaïques, les installations solaire thermique, la géothermie ou aérothermie ainsi que les systèmes de récupération et de traitement de l’eau pluviale pour les besoins de la maison (chasses d’eau, machine à laver,…). Vous pouvez également souscrire une option « vol des éléments extérieurs » pour assurer les équipements situés hors des bâtiments, moyennant un coût supplémentaire.

Pour favoriser les économies d’énergie, certains assureurs proposent des garanties permettant le rééquipement écologique à neuf du logement. Dans ce cas précis, l’appareil défectueux non réparable sera systématiquement remplacé sans surcoût par un appareil de classe écologique. Groupama propose cette solution avec le contrat d’habitation Privatis désormais offert sans surcoût avec un double avantage, des économies d’énergie (de 30 à 40%) tout en respectant l’environnement, et un équipement à la pointe de la technologie. Pour Patricia Legrand, directeur Assurance Dommages Individuels de Groupama, « le lancement de cette garantie permettra aux assurés de devenir acteurs de leur environnement, tout en gagnant en pouvoir d’achat, et favorisera directement l’équipement des ménages en appareils écologiques ».

Dans son contrat d’assurance habitation, la Macif couvre automatiquement les risques liés aux équipement en faveur de l’écologie. Chaque nouvel assuré est couvert, et les anciens souscripteurs sont aussi protégés s’ils investissent dans du matériel dédié au développement durable, sans surprime.

En ce qui concerne les maisons bioclimatiques ou les habitations en bois, les assureurs sont aussi sur le coup. Ces dernières contrairement à ce qu’on pense brûlent moins vote que des logements classiques en dur. A ce titre, la plupart des assureurs n’exigent aucune surprime pour assurer une construction bois contre l’incendie. Lors de la construction, vous pouvez réclamer à l’entrepreneur les attestations d’assurance justifiant que les responsabilités civile et décennale sont couvertes. Chez la GMF par exemple, les maisons ou appartements construits en bois à plus de 50% sont indemnisés en valeur à neuf si la vétusté est inférieure ou égale à 25% si l’option « rééquipement à neuf » a été souscrite.

A travers ces nouveaux produits écologiques et ces maisons respectueuses de la nature, les assureurs proposent en règle générale les mêmes garanties. Mais une nouvelle assurance tend le bout de son nez et devrait révolutionner le marché de l’énergie renouvelable. En effet, certaines compagnies commencent à proposer à ceux qui produisent de l’électricité par leur installation photovoltaïque, une assurance qui dédommage ces derniers en cas de non-revente de l’excédent d’énergie. Cette petite révolution fera l’objet d’un article entier dès demain dans le dossier.


Laissez votre avis