Dossier : Que faire après un incendie ?

Le feu est le pire cauchemar d’un assuré. Lorsqu’une habitation est la proie des flammes, non seulement l’incendie détruit tous les biens, mais les secours engagés détériorent aussi l’intérieur des maisons.

Pour les assureurs, ce sinistre est aussi une calamité, notamment à cause des dommages secondaires. Fumées, eau et produits chimiques aggravent l’état de l’habitation, entraînant ainsi des procédures de remboursement longues et compliquées.

Les ravages que provoque un incendie sont en règle générale très importants. L’assurance habitation couvre en général ce risque avec plus ou moins d’efficacité selon les compagnies. Se faire indemniser prend donc du temps, et les démarches sont assez fastidieuses. Dans un premier temps, il est est impératif de contacter au plus vite son assureur afin de lui signifier le sinistre dans les cinq jours ouvrés en remplissant une déclaration d’incendie ou d’explosion. Il est préférable d’envoyer cette dernière par lettre recommandée avec accusé de réception, comprenant votre nom et les références de votre contrat, la date et les causes du sinistre.

Ensuite, il est indiqué de faire parvenir à votre compagnie d’assurance une description précise des dégâts subis lors du sinistre. N’hésitez pas à fournir une liste complète des éléments endommagés, avec photos à l’appui, afin de présenter le dossier le plus complet. Il est important de pouvoir fournir une estimation du montant de chaque objet détruit, les factures et justificatifs de paiement de chacun sont donc les bienvenus. Vous pouvez contactez votre agent d’assurance par téléphone, des numéros d’urgence existent, mais il est tout de même préférable de se déplacer directement.

C’est ensuite au tour de l’expert de rentrer en jeu. Désigné par votre compagnie d’assurance, il est chargé de constater les dégâts et de faire une évaluation des dommages causés par l’incendie. Il est conseillé d’assister à l’expertise et ainsi donner son point de vue et des informations complémentaires en cas de besoin. Comme vous devez fournir la preuve des dommages, il ne faut rien jeter et garder même les restes d’objets brûlés. Tous les documents prouvant l’existence et la valeur des biens endommagés sont importants, aucun détail ne doit être négligé.

Il est très important de ne pas endommager d’avantage les lieux, et de sécuriser votre maison pour ne pas aggraver la situation. Une maison ravagée par un incendie peut être très dangereuse, et il est possible que la structure soit affaiblie. Si tel est le cas, le service d’incendie vous refusera l’accès aux lieux et vous aurez des conditions d’accès spéciales. Il est également important de protéger votre maison contre les intempéries. La pluie, la neige et le gel peuvent empirer la situation. Il faut également penser à se protéger contre les vols et les pillages.

Si l’incendie s’est propagé jusque chez votre voisin en endommageant ses biens, la loi oblige, en tant que locataire, à assurer ses responsabilités d’occupant envers son propriétaire. Il est obligatoire d’aviser toutes les parties concernées et de prendre les mesures pour assurer la sécurité des lieux, procéder rapidement à l’assèchement et au nettoyage de la maison voisine.

En ce qui concerne les indemnisations, une fois le rapport d’expertise établi et validé par l’assuré et l’assureur, la couverture des dommages est prise en charge par votre compagnie. La garantie « incendie » prévoit également une indemnisation des pertes sur une marge de 10 à 18 % de l’indemnité de base. Si par malheur votre habitation doit être rasée, les frais sont pris en charge par l’assurance, à hauteur de 5 % de l’indemnité de base. Les frais de relogement eux sont établis, soit en fonction de la valeur de votre habitation si vous êtes propriétaire, soit sur la base de votre loyer si vous êtes locataire.

Pour conclure, il faut être rigoureux dans ses démarches lorsqu’on est victime d’un incendie. Il est préférable de faire les choses dans l’ordre, quitte à ce que cela prenne un peu plus de temps, afin d’être indemnisé au mieux au final. Rien n’empêche de d’engager sois-même un expert pour une évaluation supplémentaire des dommages afin de comparer avec son assureur. Quoiqu’il en soit, il est conseillé d’attendre la fin de toutes les démarches pour commencer tout travaux de rénovation, c’est à l’assureur de donner son feu vert. Les frais de reconstruction, sont parfois couvert par votre assurance, mais il faut être patient, les délais de remboursement sont en général très longs.


Laissez votre avis