Dossier : Mandataires et mandataires d’intermédiaires d’assurances, à ne pas confondre avec commerciaux salariés !

    Au delà des très connus courtiers et agents, une myriade de personnes peuvent vendre des contrats d’assurances. Ce sont les mandataires et mandataires d’intermédiaires. Ils sont commerciaux et n’ont que peu de pouvoir sur la gestion des contrats et des sinistres. Ils restent toutefois très prisés par les assureurs et mutuelles ainsi que par les agents et les courtiers, comme forces de ventes.

    Les mandataires ont un statut très particulier. Sur le pas de la porte d’un futur client, ils sont des commerciaux aguerris, mais ne sont pourtant pas salariés par les compagnies qui les envoient. Les mandataires ou mandataires d’intermédiaires sont des travailleurs indépendants.

    Leurs activités se limitent à « la présentation, la proposition ou l’aide à la conclusion d’une assurance » rappelle ainsi l’autorité de contrôle du secteur, ajoutant qu’ils peuvent éventuellement encaisser les primes. Ce sont donc de véritables intermédiaires commerciaux, une présence physique d’une compagnie pour les mandataires, d’un courtier ou d’un agent pour les mandataires d’intermédiaires.

    Les mandataires n’ont pas forcément d’exclusivité avec les compagnies qu’ils peuvent représenter.

    Enfin, pour être tout a fait complet, il existe une dernière catégorie d’intermédiaires qui englobe les salariés des compagnies ou des intermédiaires. Par opposition avec l’agent général ou le mandataire « direct », le salarié dispose d’un contrat de travail et représente donc la compagnie.

    Le fait d’être salarié exclu automatiquement d’être agent général, courtier, mandataire ou mandataire d’intermédiaire. Par contre, un mandataire pour un agent peut très bien être courtier ou lui même agent général pour son propre compte.

    Pour les clients, contracter une assurance avec un mandataire (d’une compagnie ou d’un intermédiaire) ne change rien la différence se fera lors d’un sinistre ou pour la gestion du contrat, qui restent des prérogatives des agents généraux, des courtiers, ou des assureurs eux-mêmes.


    Laissez votre avis