Assurance santé: La mutuelle familiale s’engage avec le Réseau environnement santé

Le 16 mars derniers, la Mutuelle familiale et le Réseau environnement santé (RES) ont concluent un partenariat afin de sensibiliser les adhérents mutualistes aux problèmes de santé en lien avec l’environnement.

C’est lors d’une conférence de presse tenue à la Maison de la Mutualité en début de semaine que la Mutuelle familiale et le Réseau environnement santé ont annoncé la signature d’une convention commune. Le but de ce rapprochement est de faire prendre conscience des problèmes d’environnement et de la santé aux sociétaires, et de présenter des actions engagées, notamment sur les effets du Bisphénol A, ainsi que sur les maladies de l’hypersensibilité.

« C’est un partenariat pour la recherche et pour la prévention », a souligné Léonora Tréhel, présidente de la mutuelle. Les connaissances scientifiques font de plus en plus apparaître l’importance des causes environnementales dans la genèse des maladies chroniques (cancers, maladies cardiovasculaires, diabète, affections mentales etc.). Il faut agir en amont et appeler à la vigilance » ajoute-t-elle dans une interview au magazine de santé Viva.

« On ne peut pas expliquer le cancer uniquement par le tabac, l’alcool ou le vieillissement ! Sa progression est due, en majeure partie, à des facteurs environnementaux. On nous oppose la complexité du problème. Oui, c’est complexe et c’est pourquoi on doit développer la recherche », a affirmé dans le même magazine le chercheur André Cicolella, porte-parole du RES.

Les pouvoirs publiques et les autorités sanitaires font semble-t-il la sourde oreille face aux études menées sur le sujet. Les risques et autres expositions dangereuses sont à prendre au sérieux, sans attendre d’avoir une connaissance complète de la relation entre santé et environnement, selon les deux organismes signataires de la convention. C’est pourquoi, afin de sensibiliser les opinions, deux dossiers importants seront traités : le Bisphénol A, composé chimique qu’on trouve dans certaines matières plastiques à usage alimentaire (biberons, bouteilles d’eau, revêtement des canettes et boites de conserve, petit électroménager etc) et non alimentaire, soupçonné d’être impliqué dans des affections variées. L’autre dossier retenu concerne les maladies de l’hypersensibilité (MCS, électro-sensibilité, syndrome de fatigue chronique, fibromyalgie..), dont l’existence est controversée.

Source: Viva-presse


Laissez votre avis