Comment améliorer la santé des femmes ? 46 propositions de députés UMP

Dépistage organisé du cancer du sein à partir de 40 ans, allongement du congé maternité, lutte contre le stress, trois députés UMP formulent 46 propositions en faveur de la santé des femmes dans un rapport publié mardi, à la demande de leur groupe parlementaire.

Dans leur texte, Valérie Boyer (Bouches-du-Rhône), Guénhaël Huet (Manche) et Bérangère Poletti (Ardennes), notent que les femmes, si elles vivent plus longtemps que les hommes, ont des problèmes de santé spécifiques.

Dans le couple, les charges familiales reposent majoritairement (57%) sur elles. Les femmes y consacrent en moyenne 4 heures par jour contre deux heures et quart pour leur conjoint, entraînant un stress accru et “des répercussions inévitables sur l’activité professionnelle et l’évolution de leur carrière”.

Inégalité encore dans le salaire (l’écart était de 19% à 23% en 2005) et les retraites (de 38% inférieures pour les femmes). Les femmes ont plus souvent tendance que les hommes à renoncer aux soins (11,6% contre 8,2%).

Si les femmes ont des problèmes bien spécifiques (cancers gynécologiques, contraception, ménopause, etc), leurs comportements tendent à se rapprocher de ceux des hommes (addictions, tabac, alcool), justifiant une meilleure prévention. Or celle-ci ne représente que 7% des dépenses de santé en France.

La plupart des recommandations se situent dans ce registre. Ainsi, face à une société qui “véhicule une image stéréotypée du corps féminin”, le rapport juge indispensables une meilleure prévention et information en matière de nutrition et une promotion de la diversité corporelle dans les médias et la publicité.

En matière de contraception, les auteurs du rapport recommandent le remboursement de l’ensemble des moyens, et “notamment du patch, des anneaux vaginaux et des implants”. Le congé maternité pourrait être allongé “de 16 à 18 semaines” et modulable, afin de se calquer sur les modes de garde : les crèches n’acceptent souvent les enfants qu’à 3 mois, alors que le congé post-natal dure deux mois et demi. Le rapport suggère de porter progressivement le congé à 20 semaines pour le deuxième enfant et 24 pour le troisième.

Pour lutter contre le stress, commun aux hommes et aux femmes, les signataires du rapport envisagent une aide aux entreprises pour prévenir le stress lié à l’activité professionnelle.

Ils suggèrent un dépistage “organisé et obligatoire” du cancer du sein à partir de 40 ans (et non 50), et voudraient que l’on propose systématiquement le vaccin contre le cancer du col de l’utérus aux jeunes filles de 14 ans.

Pour sensibiliser les jeunes filles aux questions de santé, il faudrait “tendre” vers une visite médicale obligatoire et gratuite au collège, au lycée et à l’université.

Un partenariat avec les sites populaires auprès des jeunes (Facebook, Hotmail, MSN, Twitter…) permettrait de leur adresser des messages de prévention à des tarifs préférentiels en matière de santé.

Paris, 13 oct 2009 (AFP)


Laissez votre avis