Loi Hamon : Les Français peuvent-ils espérer une baisse des tarifs d’assurance ?

Selon le comparateur d’assurance Hyperassur, qui a réalisé un sondage du 5 juillet au 19 août 2013 sur les Français et la loi Hamon, 49% des interrogés croient qu’une résiliation simplifiée des assurances entrainera une baisse des tarifs. Un positionnement corroboré par assurland.com

La Loi Hamon, sur la résiliation des contrats à tout moment, peut-elle conduire les tarifs d’assurance à diminuer? Selon 49% des interrogés qui ont répondu au sondage d’Hyperassur, elle en prend le chemin. Une information confirmée par assurland.com et mutuelleland.com dans la publication de leur dernier indice Ipap (indice des prix des assurances de particuliers). En assurance auto, “confrontés à une plus grande volatilité des clients du fait de la loi Hamon, certains assureurs ont ainsi préféré prendre les devants et baisser les prix”. C’est ainsi le cas de la MAAF et de la MAIF qui ont récemment dévoilé leur politique tarifaire pour 2014, en matière de contrats automobiles. 5% de réduction pour l’un, gel des prix pour l’autre. Cette tendance à la baisse se généralisera-t-elle pour autant chez tous les assureurs, et dans tous les secteurs de l’assurance ?

La Loi Hamon, un élément déclencheur

Selon assurland.com et mutuelle.com, la loi Hamon ne serait finalement qu’un élément déclencheur. La variable définitive qui vient s’ajouter à des paramètres déjà incitatifs, et qui ne peut qu’influer en faveur d’une baisse des prix.

Par exemple en automobile, assurland.com a dénoté une augmentation de 1,5% sur douze mois, contre des hausses de 2% à 3% au première semestre 2013. Des majorations que nombres d’experts jugent infondées en raison de la “bonne sinistralité” sur les routes françaises. Le nombre de décès a fléchi de 13,5%. Même tendance pour le nombre de blessés qui a, lui, reculé de 7.3%. “Une forte hausse des prix conjuguée à une forte baisse des accidents conduit nécessairement à une guerre des prix sous l’effet de la concurrence. Avec un risque accru de perdre des clients du fait de l’entrée en vigueur prochaine de la loi Hamon” précise assurland.com.

Du côté de l’assurance habitation, “la loi Hamon devrait également peser sur la capacité des assureurs à maintenir un prix élevé”. Car en dépit d’une sinistralité sur le petit risque encore importante, et de quelques inondations tout de même notables, l’année 2013 reste pour l’heure assez clémente en matière de catastrophe naturelle.

Pour l’assurance santé en revanche, tous les indicateurs semblent pointés vers un maintien à la hausse des tarifs. Car au projet de Loi Hamon se confronte la future complémentaire pour tous les salariés qui sera mise en place en 2016. Une mesure d’envergure qui va considérablement modifier le paysage actuel de l’assurance santé individuelle. En d’autres termes, il n’est pas de l’intérêt des organismes de santé complémentaires de baisser des tarifs sans savoir si leur pérennité sera assurée après 2016.


Laissez votre avis