Prothèses PIP : 4 ans de prison ferme requis contre Jean-Claude Mas

Le procureur de la République a requis hier 4 ans de prison ferme pour Jean-Claude Mas, fondateur de la société PIP. Des peines allant de six mois à deux ans de prison ferme ont été demandées pour les quatre autres responsables du fabricant de prothèses mammaires.

Hier, comparaissaient devant la 6e chambre du tribunal correctionnel de Marseille, Jean-Claude Mas, le fondateur de la société PIP, ainsi que son état-major. De lourdes peines ont été demandées pour les cinq personnes, jugées pour tromperie aggravée et escroquerie. En effet, le procureur de la République a requis 4 ans de prison ferme contre Jean-Claude Mas et des peines allant de six mois à deux ans de prison ferme pour les quatre autres responsables du fabricant de prothèses mammaires.

Le magistrat Jacques Dallest a également réclamé 100.000 euros d’amende à Jean-Claude Mas et une interdiction définitive d’exercer dans le secteur médical ou de gérer une entreprise, qualifiant le principal prévenu d’ « apprenti sorcier des prothèses».

Inquiétude autour des indemnisations

L’affaire des implants mammaires frauduleux PIP fait état de plus de 7.400 victimes qui s’inquiétaient dernièrement des conditions d’indemnisation de leurs préjudices. Le nombre de personnes porteuses de prothèses en France est estimé à 30.000 et à plusieurs centaines de milliers à travers le monde.

Au cours des plaidoiries qui duraient jusqu’à lundi 13 mai, les clientes lésées craignaient de ne pouvoir prétendre qu’à des préjudices moraux et non physiques. Les porteuses de prothèses s’inquiétaient également de la solvabilité de Jean-Claude Mas face au nombre très important de demandes d’indemnisations.


Laissez votre avis